http://www.fides.org

Africa

2003-05-27

AFRIQUE / CENTRAFRIQUE (REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE) - L’ARMEE ANNONCE QU’ELLE S’ENGAGE A REPRIMER LA CRIMINALITE – LES MISSIONNAIRES SONT IMPATIENTS DE REPRENDRE LEUR TRAVAIL DES QUE SERONT GARANTIES LES CONDITIONS NORMALES DE SECURITE

Bangui (Agence Fides) – Face à l’insécurité grave qui règne en République Centrafricaine, le Président François Bozizé a chargé l’armée d’organiser une vaste opération de police contre les bandes armées qui sèment la terreur dans la population civile.
Il y aurait aussi parmi elles des forces irrégulières du Tchad, qui ont aidé M. Bozizé à prendre le pouvoir, en renversant l’ancien Président Ange-Félix Patassé, au mois de mars dernier.
« La décision du Président marque une autre étape vers la stabilisation du Pays », déclare une source locale contactée par l’Agence Fides. « Après la constitution d’un gouvernement d’unité nationale et la nomination des gouverneurs, l’élan donné à la lutte contre la criminalité est l’initiative indispensable pour aller au devant des exigences des gens ».
Des vols et des homicides sont quotidiens en République Centrafricaine, à peine sortie d’une guerre civile dramatique, qui a vu s’opposer le Président Patassé à l’ancien chef d’Etat-major Bozizé. Même si les combats ont cessé, plusieurs bandes armées sont à l’œuvre dans le pays, dont certaines sont composées de restes d’unités restées fidèles à M. Patassé, ce qui a créé une grave situation d’insécurité.
«Au plan de la criminalité, à Bangui, la situation est relativement tranquille, mais le véritable problème est la province, où les forces de police n’ont pas encore été constituées. Pour ces raisons, des Missions abandonnées durant la phase la plus aiguë des combats, n’ont pas encore été rouvertes. Les missionnaires, toutefois sont impatients de reprendre au plus tôt leurs activités dès qu’un minimum de sécurité sera assuré ».
A cause du conflit et des pillages qui se poursuivent toujours, de nombreuses structures de l’Eglise ont été détruites ou endommagées. La Conférence Episcopale locale prépare un liste des dommages subis durant ces mois par des Missions et des dispensaires, qui sont des points de référence indispensable pour la population locale. (L.M.)(Agence Fides, 27 mai 2003, 29 lignes, 340 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network