http://www.fides.org

Dossier

2004-03-20

LES INDICATIONS DU MOUVEMENT MISSIONNAIRE DES JEUNES POUR CELEBRER LA JOURNEE

Le 24 mars, anniversaire de l’assassinat en 1980 de Mgr Oscar A. Romero, Archevêque de San Salvador, sera la XII° Journée de prière et de jeûne en mémoire des Missionnaires martyrs : c’est une initiative que le Mouvement Missionnaires des jeunes, des Oeuvres Pontificales Missionnaires a organisé en Italie depuis 1993 et qui, sous des formes différentes, se répand dans d’autres pays et continents.
Le thème choisi pour cette année est tiré de la deuxième lettre de Saint Paul aux Corinthiens (4, 9) : « Persécutés, mais pas abandonnés ». « L’Eglise qui chemine avec l’humanité à la rencontre de son Seigneur et qui le suit sur la voie du service prophétique, est une Eglise persécutée. L’annonce de Jésus-Christ, unique Sauveur de l’homme, la dénonciation de l’égoïsme humain et de ses violences, la solidarité avec les pauvretés de l’humanité, conduisent inévitablement à la persécution » est-il écrit dans le fascicule préparé pour cette occasion par les Oeuvres Pontificales Missionnaires. « En 2003 également, l’Eglise voit s’enrichir son martyrologe. Nombre de nos frères missionnaires ont connu une mort violente, en versant leur sang pour l’annonce de l’Evangile et pour le témoignage de la charité chrétienne : seul signe d’espérance au milieu de tant de fatigues et de souffrances. Ils n’ont été tués pour aucune autre faute que celle d’être chrétiens ».
« L’assassinat des missionnaires martyrs, à la différence de la mort des hommes politiques ou du spectacle, ne fait habituellement pas de bruit. Mais ils sont comme le levain, l’humus de la terre : on ne s’en rend pas compte, mais il féconde le champ pour de nouvelles plantations. Voilà pourquoi ils ne sont pas abandonnés par Dieu ni même par la communauté chrétienne, par l’Eglise qui voit en eux l’espérance pour un monde renouvelé, le signe que Dieu n’abandonne pas l’humanité, et que la terre ne trouvera la paix et la sérénité qu’en Lui. En eux, l’Eglise reconnaît leur lumière qui illumine la vie et la foi dans l’histoire contemporaine ».
L’invitation à célébrer cette Journée s’adresse à toutes les communautés paroissiales et aux communautés religieuses, afin qu’elles entrent en communion spirituelle avec les missionnaires qui se trouvent partout dans le monde, par la prière, le jeûne et la solidarité fraternelle. En préparation au 24 mars, on suggère notamment : l’adoration du Saint-Sacrement pour les missionnaires, et la prière pour les vocations missionnaires (lundi 22 mars), le Chemin de Croix (mardi 23 mars).
Le mercredi 24 mars, Journée des Missionnaires martyrs, les communautés consacreront cette journée au souvenir et à la prière pour les missionnaires martyrs, en utilisant le Veillée proposée par le fascicule, et l’on voudrait que cela se fasse au plan diocésain. Parmi les signes suggérés pour cette Journée : un voile rouge mis sur la Croix et un rameau d’olivier, avec la liste des missionnaires tuées en 2003 ; un cierge rouge allumé, signe du martyre, posé sur le rebord de la fenêtre. A 15 heures, on pourrait sonner les cloches des églises, pour rappeler à tous cette journée particulière.
Tous sont invités à vivre cette Journée par le jeûne, pour être unis plus étroitement aux missionnaires et aux pauvres du monde. L’offrande de son propre jeûne, envoyée aux O.P.M., sera utilisée cette année pour la construction de chapelles en République Démocratique du Congo.
Les personnes malades et ceux qui souffrent sont invitées à s’unir et à offrir leur souffrance en mémoire des missionnaires martyrs pour la diffusion de l’Evangile, en créant ainsi un courant de force spirituelle qui soutienne les missionnaires dans leur œuvre d’évangélisation, et pour demander au Seigneur le don de nouvelles vocations missionnaires pour l’Eglise.
On propose à tous, personnellement ou en groupe, la visite à ceux qui vivent dans un lieu de souffrance (hôpitaux, maisons de repos, malades seuls chez eux, prison…) pour partager avec ceux qui souffrent la vie même du christ, et pour nous rappeler que la force de propulsion de l’annonce vient de la souffrance et du sacrifice de nombreuses personnes. (S.L.)
Le Martyrologe de l’Eglise pour les dernières années et le fascicule pour l’animation de la Journée se trouvent sur notre site
(Agence Fides, 20 mars 2004, 58 lignes, 737 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network