http://www.fides.org

Dossier

2004-03-13

ASIE / INDE - L’Eglise reste vigilante et active pour combattre le travail des enfants mineurs: la précieuse contribution des Ordres religieux et des Associations de laïcs.

New Delhi (Agence Fides) - “l’Eglise de l’Inde est très active dans la lutte contre le travail des enfants mineurs. De nombreux diocèses et de très nombreuses Congrégations religieuses travaillent à le déraciner, en organisant des écoles, en arrachant les enfants à la rue, en aidant les familles”, a déclaré à l’agence Fides le Père Babu Joseph Karakombil, porte-parole de la Conférence Episcopale de l’Inde.
« Parmi les plus actifs dans ce domaine, nous déclare-t-il, il y a les Salésiens : ils ont construit dans plusieurs régions du pays, des écoles et des centres de formation qui accompagnent les enfants dans les études et leur enseignent une profession, utile pour les plonger dans le monde du travail. Leur oeuvre est précieuse dans ce domaine. De nombreux autres Ordres religieux travaillent aussi dans ce domaine, par l’instruction surtout: les Franciscains, les Verbites, les Jésuites, et de nombreuses Congrégations féminines. Il faut noter aussi que travaillent dans ce domaine des organisations de laïcs catholiques ; c’est un signe de maturité pour l’Eglise de l’Inde qui reste vigilante et préoccupée par le phénomène du travail des enfants mineurs, et qui agit spécialement par l’intermédiaire de la Commission Episcopale pour les Jeunes et de la Commission Episcopale pour le travail ».
Le Père Babu Joseph Karakombil explique: “les raisons du phénomène sont dues essentiellement à la grande pauvreté des familles. Les enfants sont contraints de travailler pour aider la famille, et ils prennent souvent en charge leurs frères plus jeunes. Dans les régions rurales, ils sont employés dans les travaux agricoles; mais dans les régions urbaines aussi, étant donné le coût élevé de la vie et les salaires peu élevés, ils travaillent dans les usines ou dans des commerces de tous genres ».
“Le Message de Carême du Pape pour le Carême, conclut-il, est reçu avec enthousiasme par les Diocèses de l’Inde, et a fait grandir dans l’Eglise de l’Inde la conscience de pouvoir faire plus pour protéger l’enfance. Nous nous efforcerons de collaborer avec les autres organisations non catholiques, pour unir nos efforts ».
De son côté, le gouvernement de l’Inde a renforcé son effort pour combattre la plaie de l’exploitation du travail des mineurs qui, selon des données de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), touche en Inde 11 millions d’enfants environ. En coopération avec l’Union européenne et avec l’OIT, le gouvernement a annoncé au mois de février le lancement d’un programme de 40 millions de dollars pour combattre le phénomène des enfants au travail. Les destinataires seront 80.000 enfants environ employés dans les industries de plus de 250 districts indiens de production, en particulier dans les Etats de Madhya Pradesh, Maharashtra, Uttar Pradesh et Tamil Nadu. Le projet prévoit d’améliorer les capacités humaines et sociales des enfants et d’offrir de l’aide» à leurs familles.
De nombreuses Organisations demandent au gouvernement indien plus d’engagement et des ressources plus consistantes. Dans le “Manifeste pour la Défense des Enfants”, lancé récemment par l’Association CRY (“Child Relief and You”), qui travaille depuis 25 ans en Inde pour la protection de l’enfance, on déclare: « Après 57 ans d’indépendance, plus de 60 millions d’enfants indiens de moins de six ans vivent en dessous du seuil de pauvreté. Deux millions meurent claque année avant l’âge de un an, et moins de la moitié des enfants de 6 à 14 ans fréquente une école. Nous rappelons le droit au développement et à l’instruction, le droit à la santé, et à la protection pour chaque enfants ». (P.A.)
(Agence Fides, 13 mars 2004)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network