http://www.fides.org

Africa

2004-03-11

AFRIQUE / SIERRA LEONE - « Le début des travaux de la Cour Spéciale pour la Sierra est un nouveau pas vers le processus de normalisation de la Sierra Leone » déclare l’Evêque de Makeni

Freetown (Agence Fides) - « C’est un nouveau pas vers le processus de normalisation de la Sierra Leone », déclare à l’Agence Fides Mgr Giorgio Biguzzi, Evêque de Makeni, commentant l’inauguration hier 10 mars des travaux du tribunal spécial pour la Sierra Leone, chargé de juger les crimes commis pendant la guerre civile de 1991-2001. « Après le désarmement des combattants et leur réinsertion dans la société civile, et après avoir retrouvé les conditions de sécurité, on prend finalement en considération l’aspect de la justice. Le message qui est lancé par ce tribunal, c’est que le crime ne paie pas, et que les responsables des atrocités commises contre la population sans défense devront rendre compte devant la justice ».
« Du point de vue de la communauté chrétienne, cela signifie ne pas rechercher la vengeance, mais mettre face à leurs propres responsabilités ceux qui détenaient le pouvoir et qui s’en sont servis non pas pour le bien du peuple, mais pour promouvoir, par la violence, leurs propres intérêts. En ce sens, la Sierra Leone peut être un exemple pour le reste du monde : les crimes contre l’humanité ne resteront pas impunis ».
« A présent que la population a retrouvé la paix et la sécurité, le problème principal que doit affronter la population est le manque de travail. L’économie est encore très fragile, en particulier le secteur agricole, et les prix des biens de consommation, dont la plus gande partie est importée de l’étranger, sont très élevés, c’est pourquoi la plus gande partie des gens ne peut les acheter … L’Eglise, par la Commission Justice et Paix, a lancé des programmes pour éduquer les personnes à promouvoir leurs propres droits, notamment dans le domaine économique, déclare l’Evêque de Makeni.
La Cour Spéciale pour la Sierra Leone a été créée par le Gouvernement du Pays et par les Nations-Unies ; elle a pour mandat de juger les responsables des très graves violations des droits de l’homme commises durant la guerre civile de 1991-2001. Le conflit a vu s’opposer le Front Uni Révolutionnaire (RUF) aux forces gouvernementales, dirigées par l’actuel Président, M. Ahmad Tejan Kabbah, qui a été réélu au mois de mai 2002, lors des premières élections générales qui ont eu lieu après la fin de la guerre. (L.M.)
(Agence Fides, 11 mars 2004, 31 lignes, 412 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network