http://www.fides.org

Asia

2003-05-23

ASIE / INDE - LE NATIONALISME EXTREMISTE DES FRANGES EXTREMISTES FRAPPE LES MISSIONNAIRES – NAISSANCE DE « ANHAD », ASSOCIATION QUI VEUT L’HARMONIE SOCIALE - LE « NON » DE LA CONFERENCE EPISCOPALE DE L’INDE EST TOUJOURS PLUS NET CONTRE LE DECRET ANTI-CONVERSIONS AU GUJARAT

New Delhi (Agence Fides) – Les missionnaires chrétiens à Jabalpur, dans l’Etat de Madhya Pradesh, sont menacés et bloqués dans leur œuvre d’évangélisation. Des membres du nationalisme idéologique mènent une campagne d’intimidation envers les missionnaires, d’après ce que déclare le Père Matthew Vattakunnel, prêtre de la région.
Parmi les épisodes les plus alarmants, le prêtre rappelle que, le jour de Pâques, deux militants du « Moviment of Gonds » sont entrés dans deux églises catholiques du village de Deori et ont brisé les croix et les autres symboles catholiques. Des dirigeants fondamentalistes de la région, racontent des sources locales de l’Agence Fides, ont demandé à plus de 30 familles catholiques des villages, d’abandonner leur foi. Les missionnaires sont accusés de faire des conversions par des moyens frauduleux auprès des populations tribales de la région. « Mais comment un prêtre auquel les gens demandent de parler de Jésus-Christ, peut-il garder le silence ? » explique un prêtre du lieu.
Le Directeur du Bureau des Services Sociaux du Diocèse de Jabalpur, le Père Anthony Rocky déclare : « J’ai arrêté de me rendre dans les villages, où j’allais pour me rendre compte des conditions de vie des gens, parce que j’ai reçu des menaces. Et les habitants du village eux aussi ont été mis en garde d’avoir des rapports avec nous, et aujourd’hui ils vivent dans la crainte ».
Pour s’opposer au phénomène croissant du nationalisme idéologique fondamentaliste qui se sert du grand patrimoine culturel de la très ancienne civilisation hindoue, pour ses propres fins, et le transforme en violence, une mouvement est né au Gujarat pour unir plusieurs représentants de la société : c’est le ANHAD (« Act Now for Harmony and Democracy »). Le directeur du mouvement, le Père Cedric Prakash, Jésuite, a déclaré : « De nombreuses organisations se sont réunies pour combattre la violence sociale et pour défendre la laïcité de la Constitution de l’Inde ». Le mouvement a commencé une œuvre de sensibilisation au plan culturel et social, en soutenant la défense des libertés civiles des citoyens indiens. L’abréviation ANHAD signifie aussi en « hindi » « sans limites » : « Nous ne voulons pas de limites et de barrières à la tolérance, au dialogue, à la liberté et à l’harmonie », expliquent les organisateurs.
Une intervention des Evêques de l’Inde s’est adressée récemment à l’Etat du Gujarat, contre le décret qui soumet toute conversion à l’autorisation d’un magistrat civil. La Conférence Episcopale déclare : « La mesure viole la liberté de religion garantie par la Constitution de l’Inde, comme droit inaliénable de la personne… Il est inacceptable que le gouvernement désigne un fonctionnaire d’Etat pour contrôler la conscience d’un citoyen privé » ; les Evêques demandent la révocation du décret et le respect de la nature de la nation pluraliste et pluriculturelle de l’Inde.
Le « All Indian Christian Council » (AICC), qui réunit des représentants de toutes les confessions chrétiennes de l’Inde, a exprimé lui aussi sa nette désapprobation pour le décret gouvernemental, et a présenté un recours juridique à la Cour Suprême, en contestant la validité constitutionnelle du décret contre les conversions. (P.A.)(Agence Fides, 23 mai 2003, 43 lignes, 562 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network