http://www.fides.org

Asia

2004-02-09

ASIE / PAKISTAN - Musulmans et chrétiens, réunis pour la prière, lancent un message de tolérance : condamnation du terrorisme et promesse de paix et de réconciliation

Multan (Agence Fides) – Ils se sont rencontrés pour condamner le terrorisme, pour prier ensemble et pour répandre un message de tolérance et d’harmonie, au lendemain du dernier attentat, œuvre de deux extrémistes islamiques qui, le 15 janvier dernier ont lancé deux grenades dans la librairie de la « Bible Society » dans le sud du Pakistan, blessant quinze personnes.
Dans une assemblée récente au siège du Diocèse de Multan, de nombreux dirigeants musulmans, dont le bien connu « ulama » Qari Mohammad Hanif Jalandhri, et des chrétiens, dont l’Evêque de Multan Mgr Andrew Francis, Président de la Commission pour le Dialogue Inter-religieux de la Conférence Episcopale du Pakistan, ont lu et médité des passages de la Bible et du Coran. Les participants, de nombreux fidèles chrétiens et musulmans, se sont unis pour prononcer ensemble la prière, attribuée à saint François d’Assise : « Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix ».
Le dirigeant islamique Seyed Raza Gardezi a remercié l’Evêque de Multan pour avoir organisé la rencontre, et a tenu à exprimer son grand respect pour le Pape Jean Paul II, promoteur infatigable de réconciliation et de paix dans le monde entier. Il a ensuite condamné avec force l’attentat terroriste contre la « Bible Society », et reconnu la contribution de la communauté chrétienne pour le pays ; il a aussi lancé un vif appel à la tolérance.
Les dirigeants chrétiens se sont joints aussi à la condamnation du terrorisme, et ont demandé un effort commun pour la coexistence pacifique entre les communautés religieuses, base pour obtenir une réelle harmonie dans la société. Qari Mohammad Hanif Jalandhri a remercié les chrétiens pour l’invitation, et a invité à son tour l’Evêque Mgr Francis à visiter plusieurs écoles islamiques de la région.
Dans son intervention, Mgr Francis a souligné que travailler pour le dialogue veut dire rendre un service à l’humanité : la primauté de la personne et la défense de sa dignité et de sa liberté inaliénable constituent le fondement de la Doctrine sociale de l’Eglise. En conclusion de la rencontre, les participants ont allumé des lampes en signe de paix, et tous ont prié pour la paix. (P.A.)
(Agence Fides, 9 février 2004, 30 lignes, 385 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network