http://www.fides.org

Asia

2003-12-17

ASIE / IRAK - APPEL DES CHRETIENS AUX HABITANTS DE MOSUL : « NE PERMETTEZ PAS A UNE MINORITE D’EXTREMISTES DE NUIRE A L’IMAGE SECULAIRE DE TOLERANCE RELIGIEUSE ET DE COEXISTENCE PACIFIQUE DE LA VILLE »

Bagdad (Agence Fides) – La pression de l’extrémisme islamique s’intensifie sur la communauté chrétienne de Mosul. D’après des sources de l’Agence Fides, la semaine dernière, un groupe armé composé de dix personnes au moins, a fait irruption de nuit au Siège du Patriarcat Chaldéen de Mosul. Les assaillants n’ont pas commis d’actes violents, mais ont menacé les personnes présentes en ces termes : « Vous voyez, nous pouvons vous frapper quand nous voulons et comme nous voulons ».
Cet épisode se produit après une longue série d’actes d’intimidation, parmi lesquels des lettres de menaces glissées sous la porte de l’Evêché chaldéen. Les lettres menaçaient de mort les chrétiens s’ils ne se convertissaient pas à l’islam. Certaines invitaient à téléphoner à un numéro indiqué, où une voix enregistrée invitait à la conversion, ou à mourir.
Les chefs religieux chrétiens ont lancé un appel à tous les citoyens de Mosul pour que les extrémistes soient isolés du reste de la population. « C’est la seule voie à parcourir. Nous ne pouvons demander la protection des troupes américaines, autrement nous risquons d’attiser plus encore la haine des extrémistes et d’être considérés comme des traîtres de l’Irak. La police locale est encore trop faible pour assurer une protection efficace. Nous croyons que seule l’arme du dialogue pourra nous défendre de l’extrémisme ».
« Grâce à Dieu, nous avons de bons rapports avec les chefs musulmans. Nous nous sommes adressés à eux pour que ne domine pas une vision extrémiste de la religion, et pour qu’il soit possible de continuer à vivre en paix, l’un à côté de l’autre. Le sens de notre message adressé à tous les habitants de Mosul est précisément celui-ci : « Ne permettez pas à une minorité d’extrémistes de nuire à l’image séculaire de tolérance religieuse et de coexistence pacifique de la ville » (L.M.)
(Agence Fides, 17 décembre 2003, 27 lignes, 338 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network