VATICAN - PRESENTATION DU MESSAGE DU PAPE JEAN PAUL II POUR LA XXXVII° JOURNEE MONDIALE DE LA PAIX (1° JANVIER 2004) : « UN ENGAGEMENT TOUJOURS ACTUEL : EDUQUER A LA PAIX »

mardi, 16 décembre 2003

Rome (Agence Fides) – Le 16 décembre, le Message du Pape Jean Paul II pour la XXXVII° Journée Mondiale de la Paix, le 1° janvier 2004, a été publié ; son thème est le suivant : « Un engagement toujours actuel : éduquer à la paix ». Il a été présenté à la Salle de Presse du Saint-Siège par le Cardinal Renato Raffaele Martino, Président du Conseil Pontifical « Justice et Paix ». Le Cardinal a déclaré : « Le Saint-Père, face aux graves questions concernant la paix et la sécurité de nos jours, a voulu, par Son Message, proposer ce qui caractérise en propre et spécifique la Mission de l’Eglise : sa tâche éducative et formatrice des consciences. L’Eglise, ‘experte en humanité’, avec son enseignement social séculaire sur la paix, rappelle depuis toujours la tâche fondamentale de l’éducation à la paix, dans la conscience que seuls des hommes et des peuples spirituellement et culturellement formés aux valeurs de la paix sont en mesure de la réaliser ».
Le Message s’ouvre par un appel aux Chefs des Nations, aux hommes de loi, aux éducateurs de la jeunesse, aux hommes et femmes tentés de recourir au terrorisme, en les invitant tous à considérer que la paix est possible et, si possible, qu’elle est aussi un devoir : Puis il rappelle les Messages annuels qui ont accompagné la Journée Mondiale de la Paix voulue par Paul VI en 1968. « Dans cette partie du Document, le Saint-Père rend hommage à son grand prédécesseur qui, avec l’institution de la Journée Mondiale de la Paix et les Messages, a tracé un parcours des plus importants par la contribution fondamentale, bien connue et appréciée au plan national et international, que la Chaire de Pierre offre pour l’instauration de la paix dans le monde ».
La partie centrale du Message traite de question de l’éducation à la légalité. « Dans le long chemin historique parcouru par le droit international, ont pris forme, avec une force croissante, <<les principes universels qui sont antérieurs et supérieurs au droit interne des Etats, et qui tiennent compte de l’unité et de la vocation commune de la famille humaine>> (n° 6). Parmi les principes qui sont au cœur de cet ensemble de normes, qui fut appelé ‘jus gentium’, le Message rappelle le principe selon lequel ‘pacta sunt servanda’. Les accords librement souscrits doivent être honorés : <<C’est là le pivot et le présupposé auquel on ne peut déroger de tout rapport entre des parties responsables qui se lient par contrat. Sa violation ne peut qu’entraîner une situation d’illégalité, et de frictions et oppositions qui en découlent, qui ne manquera pas d’avoir des répercussions négatives durables. Il est donc opportun de rappeler cette règle fondamentale, surtout dans les moments où l’on ressent la tentation de faire appel au droit de la force plutôt qu’à la force du droit>> (n° 5). Le Message note comme étant l’un des fruits les plus importants du droit international, après la tragédie de la deuxième guerre mondiale, l’institution de l’Organisation des Nations-Unies, appelée à <<veiller sur la paix et sur la sécurités globales, à encourager les efforts des Etats, pour maintenir et garantir ces biens fondamentaux de l’humanité>> (n° 6), en ayant comme point central <<l’interdiction du recours à la force>> (n° 6) ».
Dans la lutte contre le terrorisme, le Saint-Père offre deux indications importantes : de nature politique et pédagogique (<<Dans le même temps, l’engagement contre le terrorismes doit s’exprimer aussi au plan politique et pédagogique : d’un côté en enlevant les causes qui sont à l’origine de situations d’injustice, dont naissent souvent les mobiles à recourir aux actes les plus désespérés et les plus sanglants ; de l’autre, en insistant sur une éducation inspirée au respect de la vue humaine en toute circonstance : l’unité du genre humain est en effet une réalité plus forte que les divisions contingentes qui séparent les hommes et les peuples>>, - n° 8) et dans le cadre du droit international (<<appelé à élaborer des instruments juridiques dotés de mécanismes efficaces de prévention, de contrôle et de répression des délits. Dans tous les cas, les Gouvernements démocratiques savent bien que l’utilisation de la force contre les terroristes ne peut justifier la renonciation aux principes d’un Etat de droit. Ce seraient des choix politiques inacceptables ceux qui rechercheraient le succès sans tenir compte des droits fondamentaux de l’homme : la fin ne justifie jamais les moyens>> (n° 8).
Pour montrer la contribution doctrinale de l’Eglise dans l’élaboration des principes nécessaires à une coexistence pacifique, le Saint-Père souligne la nécessité que le droit international ne soit jamais séparé des principes éthiques et moraux : <<Les événements historiques enseignent que l’édification de la paix ne peut jamais faire abstraction du respect d’un ordre éthique et juridique, selon l’antique adage ‘serva ordinem et ordo servabit te’ (conserve l'ordre et l’ordre te conservera). Le droit international doit éviter que ne s’impose la loi du plus fort. Son but essentiel est de substituer « à la force matérielle des armes, la force morale du doit », en prévoyant des sanctions appropriées contre les transgresseurs, ainsi que des réparations adaptées pour les victimes. Ceci doit valoir pour les gouvernements qui violent impunément la dignité et les droits de l’homme, en se cachant derrière le prétexte inacceptable qu’il s’agirait de questions internes à leur Etat>> (n° 9). Le Message du Saint-Père se termine avec l’affirmation selon laquelle la valeur de la justice est complétée par l’amour : <<A elle seule, la justice ne suffit pas. Elle peut même en arriver à se nier elle-même, si elle ne s’ouvre pas à cette force plus profonde qu’est l’amour>>. Seule l’humanité dans laquelle règne ‘la civilisation de l’amour’ pourra jouir d’une paix authentique et durable>> (n° 10). (S.L.)
(Agence Fides, 16 décembre 2003, 70 lignes, 999 mots)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network