http://www.fides.org

America

2003-05-16

AMERIQUE / PARAGUAY - ASSEMBLEE DU CELAM – LA SITUATION ECCLESIALE DU CONTINENT LATINO-AMERICAIN : NOUS NE POUVONS PAS PERMETTRE QUE LA FOI AU FILS DE DIEU SOIT REMPLACEE PAR L’INDIFFERENCE RELIGIEUSE

Tuparenda (Agence Fides) – Jamais comme aujourd’hui en Amérique Latine, il n’y a eu autant de moyens pour annoncer Jésus-Christ et pour faire croître les fidèles dans la foi ; aussi « nous ne pouvons nous permettre que, dans nos populations, la foi au fils de Dieu soit remplacée par l’indifférence religieuse, et que les préoccupations de ce monde suffoquent l’aspiration vers Dieu » : c’est ce qu’a déclaré le Cardinal Giovanni Battista Re, Préfet de la Congrégation des Evêques, dans l’homélie de la Messe d’ouverture de la 29° Assemblée du Conseil Episcopal Latino-américain (CELAM), le mardi 13 mai. Les travaux se terminent le vendredi 16 mai.
Pour le Cardinal Re, il est nécessaire que le développement économique et technologique, qui s’ouvre une voie en Amérique Latine, soit accompagné du développement moral, parce que « un développement exclusivement économique finit par détruire l’homme ». Dans la société contemporaine, la foi est soumise à dure épreuve, et il ne suffit donc pas d’avoir une foi superficielle ou traditionnelle, « il est nécessaire d’opérer un renouveau de la foi, c’est-à-dire aider les personnes à atteindre une foi convaincue ».
Dans son exposé sur le « Nouveau Directoire pour le Ministère pastoral des Evêques », le Cardinal Re a présenté les principes fondamentaux sur lesquels repose le ministère des Evêques diocésains : le principe pneumatologique (c’est l’Esprit Saint qui agit dans les cœurs et dans le monde) ; le principe de la vérité, qui requiert la recherche personnelle de la vérité et l’engagement à perfectionner son enseignement ; le principe de communion (l’Evêque est fondement visible de l’unité de son Diocèse, mais aussi de l’unité de toute l’Eglise Catholique) ; le principe de collaboration, qui l’engage à promouvoir la participation de tous les membres du peuple chrétien dans l’unique Mission de l’Eglise ; le principe du respect des compétences, en accordant à ses collaborateurs les facultés opportunes et en favorisant les initiatives adéquates des fidèles ; le principe de la légalité, en évitant de gouverner selon des visions et des schémas personnels.
Le Cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga, Archevêque de Tegucigalpa au Honduras, a présenté le paradoxe de l’indifférence religieuse existant aujourd’hui en Amérique Latine : « D’une part, on cherche la spiritualité, on cherche de nouvelles réponses, et de l’autre, on est indifférent. La cause de ce problème est le matérialisme régnant, fruit d’une culture globale ». Rappelant les sollicitations du Saint-Père, le Cardinal a déclaré que « la globalisation de la solidarité » était la seule voie pour faire face à la globalisation économique, centrée sur le commerce et ayant une vision matérialiste, qui laisse l’être humain en marge : « L’homme ouvre les frontières pour les marchandises et ferme les frontières pour les personnes ».
Il ressort, des exposés des Représentants des différentes nations latino-américaines, que l’on a vu s’accentuer les différents indices, déjà élevés, de chômage, la pauvreté croît, et la dette est asphyxiante. Dans le domaine social on note un désir de participation et une recherche des valeurs qui puissent contribuer à la construction d’une société plus démocratique et plus fraternelle. Il est préoccupant aussi de voir la détérioration de la situation politique, la pulvérisation des partis, la naissance de mouvements indépendantistes, le manque de formation des personnes à la participation, la croissance des conflits socio-politiques, et de l’intolérance, l’augmentation de la corruption à tous les niveaux.
L’examen de la situation ecclésiale du Continent a montré plusieurs problèmes : le relativisme éthique et la perte des valeurs ; l’acceptation légale et sociale des faits qui portent atteinte à la vie et à la famille ; le phénomène des migrations et des exodes forcés ; le scandale de l’appauvrissement et de l’exclusion sociale ; le développement des groupes religieux chrétiens et des sectes fondamentalistes. Parmi les priorités pastorales : la formation, la dimension missionnaire, l’engagement à la sainteté, la famille, la promotion des vocations et l’engagement pour la promotion humaine. On a souligné aussi le rôle important de l’Eglise dans le domaine de l’éducation et dans le domaine social, ainsi que sa présence qualifiée dans les moyens d’information.
Le 15 mai, l’Assemblée a élu les membres du Conseil Directeur Episcopal Latino-américain (CELAM : le Président est le Cardinal Francisco Javier Errazuriz, Archevêque de Santiago du Chili ; le premier Vice-président est S. Exc. Mgr Carlos Aguiar Retes, Evêque de Texcoco au Mexique ; le deuxième Vice-président est S. Exc. Mgr Gerardo Lyrio Rocha, Archevêque de Vitoria da Conquista au Brésil. (R.Z.)(Agence Fides, 16 mai 2003, 58 lignes, 770 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network