http://www.fides.org

Sciences et Medecine

2003-11-21

AFRIQUE - 115 MILLIONS DE DIABETIQUES : UN AUTRE « TUEUR » D’ENFANTS EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

Rome (Agence Fides) – Les enfants qui sont atteints par le diabète en Afrique sub-saharienne risquent de mourir dans l’espace d’un an par manque d’insuline. Les approvisionnements de médicament et de seringues, nécessaires pour les injections quotidiennes, sont absolument inexistants dans de nombreux endroits d’Afrique. Des Familles font 250 km à pieds pour obtenir l’insuline nécessaire à leurs enfants.
« L’International Insulin Foundation » de Londres, dirigées par M. John Yudkin, a fait une recherche détaillée sur les soins possibles pour les enfants diabétiques du type 1, au Mozambique et en Zambie. Le résultat est que l’on pourrait réduire énormément le taux de mortalité, en particulier dans les régions rurales, avec une meilleure distribution d’insuline, et une préparation plus adaptée du personnel sanitaire.
Dans le monde occidental, les enfants diabétiques de type 1 vivent dans des conditions normales, en ayant une injection quotidienne d’insuline et un contrôle régulier. Pour ce qui regarde le diabète de type 2, il est lié à l’obésité, mais il peut lui aussi être stabilisé.
L’Organisation Mondiale de la Santé a récemment déclaré que le nombre des diabétiques dans les pays en voie de développement pourrait doubler en 30 ans, passant de 115 millions à 284 millions. 90% des cas de diabète sont de type 2, mais les enfants meurent à cause du diabète de type 1. Au Mozambique, un enfant qui vit dans une région rurale survit au diabète pendant un an, mais, s’il vit dans une ville où il y a un hôpital, il peut survivre pendant quatre ans. (A.P.)

(Agence Fides, 21 novembre 2003, 24 lignes, 280 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network