AMERIQUE/CUBA - « Aparecida a été une heure de grâce pour notre vocation de disciples de Jésus-Christ » affirme le président sortant du CELAM ; lettre au Saint-Père de la nouvelle présidence

vendredi, 13 juillet 2007

La Havane (Agence Fides) - La nouvelle présidence du CELAM élue au début des travaux de la 31e Assemblée ordinaire (10-14) juillet, qui se conclut à La Havane (Cuba), a envoyé un bref message du Saint-Père Benoît XVI dans lequel les membres de la présidence affirment que, « encore sous l’inoubliable influx de la Ve Conférence générale de l’épiscopat latino-américain et des Caraïbes, inaugurée par Sa Sainteté, et de notre rencontre fraternelle, nous voulons Vous remercier pour Votre lettre dans laquelle vous autorisez la publication du Document d’Aparecida ». « Avec la joie des disciples et des pasteurs missionnaires du Seigneur Jésus - continue le texte - renouvelés dans leur cœur missionnaire, nous nous engageons avec une ardeur nouvelle dans une évangélisation inlassable, afin que nos peuples vivent en Lui ».
Pendant les travaux de l’Assemblée du CELAM, le président sortant, le cardinal Francisco Javier Errázuriz Ossa, a présenté un rapport sur les activités réalisées. Pendant cette période les réunions annuelles se sont poursuivies avec le président des Conférences épiscopales des Etats-Unis et du Canada. Selon le card. Errázuriz Ossa, ces rencontres ont été d’un grand profit pour plusieurs raisons : « l’échange de réflexions et d’informations approfondit la vision pastorale des Eglises du Nord pour accueillir les millions de « latins » qui les constituent et pour leur donner l’attention pastorale qu’ils attendent ; elles réveillent notre admiration pour les Conférences épiscopales des Etats-Unis et du Canada qui interviennent auprès de leurs gouvernements pour qu’ils regardent avec solidarité le Sud et qu’ils approuvent des politiques positives au bénéfice des immigrés ; elles enrichissent notre vision pastorale, nous permettant de connaître les effets de l’avancée du sécularisme, ses causes et la réaction pastorale des Eglises sœurs qui affrontent cette situation ».
Selon le cardinal, le thème le plus important qui a concentré sur soi presque toutes les réflexions et les attentions de la présidence pendant ces deux dernières années, a été la préparation et la célébration de la Ve Conférence générale d’Aparecida. Pour le cardinal Errazuriz Ossa l’une des clés du succès d’Aparecida a été la participation important de tous. « Les communautés de laïcs, surtout, ont pris en grande considération la consultation des évêques - a continué le cardinal, et leur volonté de recevoir et d’accueillir leurs contributions pour leur participation à la Ve Conférence ». En outre de nombreux fidèles « ont accompagné jour après jour notre prière et notre travail à Aparecida à travers le site du CELAM (qui a été visité par environ 100.000 personnes chaque jour) et à travers différents canaux télévisés ». Un autre aspect important a été la présence de laïcs, de prêtres diocésains, de diacres permanents, de religieux et religieuses invités, qui « ont fait une profonde expérience de leurs pasteurs comme des frères et des amis, sans que cela n’éclipse dans l’absolu leur mission de pères et de pasteurs au nom du Bon Pasteur ».
Après avoir exprimé sa gratitude aux deux pontifes (Jean-Paul II et Benoît XVI) qui « ont accompagné et orienté le travail préparatoire et la célébration même de la Ve Conférence générale », le cardinal Errázuriz a souligné que « Aparecida a été une heure de grâce pour notre vocation de disciples de Jésus-Christ ». Aparecida est significatif aussi pour la richesse des orientations pastorales formulées, après avoir recueilli les meilleures expériences des Eglises particulières, c’est pourquoi le cardinal a conclu en soulignant que face aux grands défis et aux grandes menaces qui se présentent, nous réagirons sans peur ni agressivité, mais avec la joie d’être chrétiens, avec un cœur plein de gratitude pour les dons de Dieu, en partant de la présence du Christ parmi nous, de l’amour affectueux envers la Très Sainte Vierge, et du substrat catholique de notre culture. (RG) (Agence Fides 13/7/2007; lignes 42, mots 592)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network