http://www.fides.org

Vaticano

2007-05-07

VATICAN - Le pape au Conseil supérieur des Œuvres missionnaires pontificales et au Congrès mondial des missionnaires Fidei donum : “Si les défis de l’évangélisation sont nombreux à notre époque, nombreux aussi sont les signes d’espérance qui dans chaque partie du monde témoignent d’une encourageante vitalité missionnaire du peuple chrétien”

Cité du Vatican (Agence Fides) - “Pie XII songeait particulièrement à l’Afrique... quand avec une intuition prophétique il pensa à ce nouveau “sujet” missionnaire, qui des premiers mots de l’encyclique tira le nom de “Fidei donum”. Il entendait encourager, à côté des formes traditionnelles, un type supplémentaire de coopération missionnaire entre les communautés chrétiennes dites “anciennes” et celles à peine nées ou naissantes des territoires d’évangélisation récente : les premières étaient invitées à envoyer en aide aux Eglises “jeunes” et prometteuses quelques prêtres, pour qu’ils collaborent avec les ordinaires du lieu pendant un temps déterminé”. C’est par ces paroles que le Saint-Père Benoît XVI a évoqué le 50e anniversaire (21 avril 1957) de la publication de l’encyclique “Fidei donum” du Serviteur de Dieu le pape Pie XII, pendant l’audience de samedi 5 mai accordée aux participants de la rencontre du Conseil supérieur des Œuvres missionnaires pontificales et du Congrès mondial des missionnaires “Fidei donum”, pour commémorer le 50e anniversaire de l’encyclique.
Le pape Benoît XVI a évoqué le double but de que Pie XII entendait poursuivre : “susciter chez tout membre du peuple chrétien une “flamme” missionnaire renouvelée et promouvoir une collaboration plus consciente entre les diocèses de tradition ancienne et les régions de première évangélisation”. Dans ces cinq décennies l’invitation de Pie XII a été plusieurs fois rappelée avec autorité, puis “le nombre des prêtres ‘fidei donum’ s’est multiplié, partis avec des religieux et des volontaires laïcs en mission pour l’Afrique et pour les autres régions du monde, parfois au prix de grands sacrifices pour leurs diocèses d’appartenance”. Le Saint-Père a ensuite adressé un remerciement particulier à tous ces frères et soeurs, “dont quelques-uns ont versé leur sang pour diffuser l’Evangile”. Pendant cette période de temps “les contacts et les échanges missionnaires se sont intensifiés, grâce aussi au développement et à la multiplication des moyens de communication, de sorte que l’Eglise a été au contact pratiquement de toute civilisation et culture. D’autre part, l’échange de dons entre communautés ecclésiales de fondation ancienne et récente a constitué un enrichissement réciproque et a favorisé la croissance de la conscience d’être tous “missionnaires”, c’est-à-dire tous impliqués, même de façons différentes, dans l’annonce et dans le témoignage de l’Evangile”.
En rendant grâce au Seigneur pour l’engagement missionnaire en cours, le Saint-Père a mis aussi en évidence les difficultés émergentes, en premier lieu la diminution et le vieillissement du clergé dans les diocèses qui auparavant envoyaient des missionnaires dans des régions lointaines. “Si nous ne pouvons ignorer les problèmes et les ombres - a poursuivi le Pontife, il faut cependant tourner notre regard vers l’avenir avec confiance, conférant une identité renouvelée et plus authentique aux missionnaires “Fidei donum”, dans un contexte mondial qui a indubitablement changé d’aspect par rapport aux années 50 du siècle passé. Si les défis de l’évangélisation sont nombreux à notre époque, nombreux aussi sont les signes d’espérance, qui dans chaque partie du monde témoignent d’une encourageante vitalité missionnaire du peuple chrétien. Que surtout jamais ne diminue la conscience que le Seigneur, avant de quitter les disciples pour le Ciel, en les envoyant annoncer son Evangile dans tous les coins du monde, a assuré : “Voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde”. (Mt 28,20).”
Enfin le Saint-Père a exhorté : “cette certitude de doit jamais nous abandonner”. Reprenant l’invitation à la prière que Pie XII adressa aux fidèles à l’époque, le pape Benoît XVI s’est dit persuadé que “le Seigneur, venant à la rencontre de nos demandes incessantes, continuera à bénir par des fruits abondants l’engagement missionnaire de l’Eglise”. (S.L.) (Agence Fides 7/5/2007 - lignes 43, mots 679)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network