VATICAN - LES TROIS TENTATIONS DE JESUS - LES TROIS RENIEMENTS DE PIERRE - (I) (Mat 26 57-75, 27 1-2; Mc 14 53-72; Lc 22 54-71, 23 1; Jn 18 12-27)

samedi, 31 mars 2007

Rome (Agence Fides) - Il n’est pas sans signification de voir que le ministère de Jésus est précédé de trois tentations dont il sort vainqueur, pour nous montrer que, nous aussi, nous pouvons vaincre, si nous savons veiller et prier « pour ne pas entrer en tentation. Mais aussi de voir que son ministère se termine durant sa Passion, avec les trois tentations de Pierre, et son « triple » reniement, car il n’a su veiller et prier » même si le Seigneur l’avait averti. C’est normal : le Christ vainc le Démon, et pardonne nos péchés. L’expérience de Pierre, chacun de nous la fait, l’a faite ou la fera.
Pierre nous représente, tout comme Jean au pied de la Croix. C’est pourquoi il est bon de se pencher sur le processus de la tentation…

LE « PREMIER » RENIEMENT
Le premier moment des reniements de Pierre se passe dans la cour du Grand prêtre où il est entré grâce à l’intervention de Jean qui était connu du grand prêtre. Les trois Synoptiques ne parlent que de Pierre. Jean, au contraire parle de Simon-Pierre et d’un autre disciple, qui ne peut être que Jean. Et nous nous trouvons une fois encore devant le groupe Pierre et Jean. Ce sera toutefois la dernière mention des deux disciples, pris ensemble, dans le récit de la Passion. Jean seul, apparaîtra au pied de la croix. En revanche, on retrouvera à nouveau Pierre et Jean, au matin de Pâques, alors que Luc ne parlera, chose étrange, que de Pierre...
Un feu est allumé au milieu de la cour. Pierre s’en approche, s’assoit au milieu des valets, car il voulait voir le dénouement.
Une jeune servante du grand prêtre arrive, le voit, le dévisage, s’adresse aux gens qui sont là: “Celui-là aussi était avec lui”, puis, s’adressant à Pierre directement:” N’es-tu pas, toi aussi des disciples de cet homme?” (Jean 18, 17). Puis, insistant, devant le silence embarrassé de Pierre: “Toi aussi, tu étais avec le Nazarénien, avec Jésus.” (Marc 14, 67).
Pierre ne peut plus garder le silence. Devant tout ce monde, il doit répondre à ces trois affirmations et questions dont deux lui sont adressées directement: son esprit est troublé par la peur, par la crainte. Les réponses vont se succéder: « Femme, je ne sais pas, je ne comprends pas ce que tu veux dire » (Marc 14, 68), « je ne le connais pas » (Luc 22, 57) , « je n’en suis pas » (Jean 18, 17.
C’est terminé. Il a répondu à toutes les accusations! Par prudence, Pierre ne reste pas là et se retire discrètement dehors, vers le vestibule. Un coq chante. Il ne le remarque pas. Le premier moment des reniements est passé; le premier reniement est accompli... (à suivre).
(J.M.)
(Agence Fides, 31 mars 2007)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network