VATICAN - LES PRIERES DE LA VIE CHRETIENNE DANS TOUTES LES LANGUES : ARABE - ARABIC

jeudi, 4 janvier 2007

Rome (Agence Fides) - LA CHRETIENTE EN TERRE SAINTE

Outre le fait qu’ils sont une petite Eglise, les Chrétiens de Terre Sainte sont nombreux et divisés. Actuellement, il y a treize Eglises : chacune avec sa juridiction indépendante à Jérusalem et dans toute la Terre Sainte, c’est-à-dire en Palestine, en Israël et en Jordanie. Trois Patriarches résident à Jérusalem, le Patriarche Grec Orthodoxe, le Patriarche Catholique Latin, et le Patriarche Arménien. Dix autres Archevêques et Evêques sont aussi présents : trois Orthodoxes : Syrien, Copte, et Ethiopien ; 5 Catholiques : Melkites, Maronites, Syrien, Arménien, Chaldéen ; et deux Protestants : Anglican et Luthérien. Nous devons reconnaître en premier lieu avec des sentiments de joie et avec satisfaction que les rapports entre toutes ces Eglises sont chaleureux et fraternels. Les Evêques et les Patriarches se rencontrent fréquemment pour parler des questions communes. Ils adressent des Messages aux fidèles et prennent des décisions en commun.
Par exemple :
Pour donner des chiffres, les Chrétiens sont plus ou moins au nombre de 300.000 sur 15 millions d’habitants pour ces trois pays, Palestine, Israël et Jordanie. Cela représente 2% de l’ensemble de la population. Le conflit arabo-israélien et l’atmosphère politique instable qu’il a créée, ont eu des conséquences sur la démographie. Ce qui était une communauté assez grande au début du 20° siècle, a diminué à cause des années de combats et aussi en raison de l’exode gratuit et forcé essentiellement pendant les guerres de 1948 et de 1967. Actuellement, les Chrétiens qui habitent en Palestine et en Israël sont au nombre de 150.000 (1, 8 % seulement). Pour la seule Palestine, c’est-à-dire West Bank et la Bande de Gaza y compris la partie Est de Jérusalem, nous sommes seulement 45.000, moins de 2% de la population palestinienne estimée à 3.700.000 habitants. En Israël, nous sommes 110.000 sur 7 millions d’habitants. En Jordanie, nous sommes environ 150.000 sur 4 millions de Jordaniens.
Même si notre nombre semble être insignifiant, la présence Chrétienne est précieuse et forte dans la société Jordanienne et Palestinienne. Feu le Président Arafat et feu le Roi Hussein de Jordanie ont reconnu ce fait au niveau le plus élevé. Dans son livre intitulé « Les Chrétiens », l’ancien Prince héritier Hassan a rendu hommage à la communauté Catholique Romaine qui, malgré sont petit nombre, est efficace et fortement présente dans la société Arabe.
Le phénomène de l’émigration a réduit le nombre des Chrétiens en Terre Sainte à une fraction seulement de ce qu’ils étaient dans les années passées. Par exemple, à Jérusalem avant que n’éclatât la guerre de 1948, nous étions au nombre de 25.000 (16, 7%) alors que nous sommes à présent 10.000 environ. Toutefois, peu d’entre nous partagent l’opinion de quelques pessimistes qui disent que la communauté Chrétienne de Palestine est en voie d’extinction. La Terre Sainte a toujours une communauté Chrétienne Palestinienne et Jordanienne active.
Nos vœux sont d’obtenir la paix et de poursuivre la présence Chrétienne. Le Patriarche Mgr Michel Sabbah continue à prêcher que le fait de vivre en Terre Sainte n’est pas une fatalité mais une vocation : c’est-à-dire, être Témoin du Seigneur Ressuscité dans Son propre pays. Que serait une Terre Sainte sans la présence Chrétienne locale. Ce serait un désastre non seulement pour l’Eglise tout entière, mais aussi pour les Palestiniens et pour les Israéliens. Nous sommes appelés à être un pont de compréhension et de réconciliation. L’Evangile de Notre Seigneur nous prépare à cette mission. Nous devons prêcher cela avec force et insistance à nos fidèles.
(Père William Shomali, Supérieur du Séminaire Patriarcal Latin de Jérusalem).
L’agence Fides remercie Sa Béatitude Mgr Michel Sabbah pour sa précieuse collaboration, et l’assure de ses prières à toutes ses intentions.
(J.M.)

(Agence Fides, 4 janvier 2007)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network