http://www.fides.org

Dossier

2006-11-11

Instrumentum mensis Octobris pro lectura Magisterii Summi Pontifici Benedicti XVI pro evangelizatione in terris missionum

Au mois d’octobre, on a célébré dans le monde entier la 80° Journée Mondiale des Missions. « Nous célébrons aujourd'hui la quatre-vingtième Journée mondiale des Missions. Celle-ci fut instituée par le Pape Pie XI, qui donna une forte impulsion aux missions ad gentes et, lors du Jubilé de 1925, promut une exposition grandiose qui devint ensuite l'actuelle Collection ethnologique et missionnaire des Musées du Vatican. Cette année, dans le traditionnel Message pour cette occasion, j'ai proposé comme thème "La charité, âme de la mission". En effet, si elle n'est pas animée par l'amour, la mission se réduit à des activités philanthropiques et sociales. En revanche, pour les chrétiens, s'appliquent les paroles de l'Apôtre Paul: "L'amour du Christ nous presse" (2 Co 5, 14). La charité qui a incité le Père à envoyer son Fils dans le monde, et le Fils à s'offrir pour nous jusqu'à la mort sur la croix, cette même charité a été reversée par l'Esprit Saint dans le coeur des croyants. Chaque baptisé, comme sarment uni à la vigne, peut ainsi coopérer à la mission de Jésus qui se résume ainsi: porter à toute personne la bonne nouvelle que "Dieu est amour" et que, précisément pour cette raison, il veut sauver le monde.
« La mission part du cœur : lorsque l'on s'arrête pour prier devant le Crucifié, le regard tourné vers son côté transpercé, on ne peut pas ne pas éprouver intérieurement la joie de se savoir aimé et le désir d'aimer et de devenir des instruments de miséricorde et de réconciliation » (Benoît XVI, Angélus, 22 octobre 2006).
Le jeudi 19 octobre, le Saint-Père s’est rendu à Vérone pour le quatrième Congrès National de l’Eglise d’Italie. Il a prononcé un discours à la « Fiera », et dans l’après-midi, a célébré la Messe au Stade Bentegodi. Dans son discours, le Saint-Père a parlé de « l'oeuvre d'évangélisation n'est jamais une simple adaptation aux cultures, mais elle est aussi toujours une purification, une rupture courageuse qui devient maturation et guérison, une ouverture qui permet de naître à cette "créature nouvelle" (2 Co 5, 17; Ga 6, 15) qui est le fruit de l'Esprit Saint ».

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network