http://www.fides.org

Africa

2003-10-10

AFRIQUE / SENEGAL - LES SECESSIONNISTES DE LA CASAMANCE DECLARENT : « NOUS METTONS FIN A LA GUERRE DE SECESSION EN CASAMANCE ». LA PAIX APPROCHE MAIS IL FAUDRA ATTENDRE LES CONCLUSIONS DE LA COMMISSION DE RECONCILIATION

Dakar (Agence Fides) - Après 21 ans de lutte, la guerre de sécession de la Casamance, région du sud du Sénégal située entre la Gambie et la Guinée-Bissau, est enfin terminée. La nouvelle a été donnée par M. Jean-Marie François Biagui, Secrétaire Général du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC) lors d’une réunion du Mouvement qui vient de se terminer à Ziguinchor, Capitale de la région : « La guerre est définitivement terminée » a-t-il déclaré face à une centaine de délégués du groupe indépendantiste. Le Président et fondateur du MFDC, M. Diamacoune Senghor, a déclaré pour sa part : « A partir de maintenant, la lutte du MFDC sera contre tous les fossoyeurs de la paix en Casamance, en sorte que tous puissent trouver la paix définitive ». Le chef historique du Mouvement n’a pas prononcé la parole « indépendance » pendant son discours. M. Jean-Marie François Biagui a toutefois rappelé que la lutte menée par MFDC pour l’émancipation sociale, économique, politique et culturelle de la région, était plus que jamais légitime. « Il s’agit d’un développement important parce que c’est une nouvelle étape du processus de maturation politique du mouvement », déclare à l’Agence Fides un observateur politique local. « Le gouvernement a pris acte avec satisfaction du tournant, même si aucun communiqué officiel n’a été publié, parce que l’accord de paix doit être passé dans le cadre de la Commission de Réconciliation, où sont représentées toutes les parties en cause, du gouvernement aux sécessionnistes, aux représentants de la société civile ».
Les éléments les plus radicaux du MFDC ont déserté l’Assemblée et ont déclaré qu’ils ne s’engageaient pas à respecter la ligne nouvelle prise par les dirigeants du Mouvement. Il y a donc le risque qu’une éventuelle division du MFDC empêche la fin de la guerre. « Après l’assassinat du chef de l’aile militaire du MFDC, elle s’est divisée en plusieurs parties, et plusieurs d’entres elles ont pris des positions extrémistes » confirment les sources de Fides. « Aussi, pour parler de paix, il faudra attendre que la Commission de Réconciliation termine ses travaux ».
La guerre pour la sécession de la Casamance a éclaté en 1982, et a causé la mort de centaines de personnes, et contraint à la fuite des milliers de réfugiés. La région est un des plus fertiles du Sénégal, et on y trouve différentes ethnies et différentes religions : musulmans, chrétiens et animistes. (L.M.)
(Agence Fides, 10 octobre 2003, 34 lignes, 440 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network