VATICAN - LES PRIERES DE LA VIE CHRETIENNE DANS TOUTES LES LANGUES : PORTUGUES (II)

jeudi, 16 novembre 2006

Rome (Agence Fides) - Les racines chrétiennes des Populations d’Europe
Dans le cadre de la redécouverte de la nécessité et de l’importance de la prière, écoutons ce que disait la Sainte Vierge aux trois enfants de Fatima, et redécouvrons le sens profond de ce Messages et de ces Apparitions
Les extraits suivants sont tirés directement des « Mémoires de Sœur Lucie ».

13 mai 1917 : « Récitez le chapelet tous les jours, afin d’obtenir la paix pour le monde… ». Lucie demande si une de ses amies est au Ciel : « Elle sera au purgatoire jusqu’à la fin du monde »…
13 juin 1917 : « Je veux que vous disiez le Chapelet tous les jours ».
13 juillet 1917 : « Je veux… que vous continuiez à réciter le chapelet tous les jours en l’honneur de Notre-Dame du Rosaire, pour obtenir la paix du monde… parce qu’Elle seule pourra vous secourir »
Puis les trois tout jeunes enfants ont la vision terrifiante de l’ENFER. Voici le récit de Sœur Lucie :
« Notre-Dame nous montra une grande mer de feu, qui paraissait se trouver sous la terre, et, plongés dans ce feu, les Démons et les âmes, comme s’ils étaient des braises transparentes, noires ou bronzées, avec une forme humaine. Elles flottaient dans cet incendie, soulevées par les flammes, qui sortaient d’elles-mêmes, avec des nuages de fumée. Elles retombaient de tous côtés, comme les étincelles retombent dans les grands incendies, sans poids ni équilibre, avec des cris et des gémissements de douleur et de désespoir qui horrifiant et faisaient trembler de frayeur. Les Démons se distinguaient par leurs formes horribles et dégoûtantes d’animaux épouvantables et inconnus, mais transparents et noires. Cette vision ne dura qu’un moment, grâce à notre bonne Mère du Ciel qui, à la première apparition, nous avait promis de nous emmener au Ciel. S’il n’en avait été ainsi, je crois que nous serions morts d’épouvante et de peur…
« Puis, Notre-Dame nous dit avec bonté et tristesse : <<Vous avez vu l’Enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir la dévotion à mon Cœur Immaculé… >>
« … La vision de l’Enfer, déclare Soeur Lucie, avait horrifiée Jacinthe à tel point que toutes les pénitences et les mortifications lui semblaient être insuffisantes pour arriver à préserver quelques âmes de l’enfer…
« Certaines personnes, même pieuses (poursuit Sœur Lucie) n’aiment pas parler aux enfants de l’Enfer, afin de ne pas les effrayer. Mais Dieu n’a pas hésité à le montrer à trois enfants, dont l’une avait à peine six ans, et il savait qu’elle en serait horrifiée, au point de se consumer de frayeur, j’ose le dire…
« Jacinthe disait souvent : <<Oh l’enfer ! Que j’ai pitié des âmes qui vont en enfer…>>Et, à demi tremblante, elle s’agenouillait… pour réciter la prière que Notre-Dame nous avait apprise : <<O mon Jésus, pardonnez- nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, prenez au Paradis toutes les âmes, spécialement celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde>> ».
« Meu bom Jesus, perdoai-nos, livrai-nos do fogo do inferno; levai as almas todas para o céu e socorrei, principalmente, as que mais precisarem..
Et la Sainte Vierge révèle alors le fameux Secret de Fatima…

19 août 1917 : (Le 13, les enfants avaient été arrêtés et internés pour un interrogatoire). La Sainte Vierge dit : « … Je veux que vous continuiez à réciter le Chapelet tous les jours… Priez, priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs, car beaucoup d’âmes vont en enfer parce qu’elles n’ont personne qui se sacrifie et prie pour elles »….
13 septembre 1917 : « … Continuez à dire le Chapelet… En octobre, Notre-Seigneur viendra ainsi que Notre-Dame des Sept Douleurs et du Carmel, Saint Joseph et l’Enfant Jésus… »
13 octobre 1917 : « …Je suis Notre-Dame du Rosaire. Que l’on continue toujours à réciter le Chapelet tous les jours… ». C’est alors le miracle de la danse du soleil, que plus de 100.000 personnes ont vu, jusqu’à 20 km de Fatima… Sœur Lucie continue : « Notre-Dame ayant disparu dans l’immensité du firmament, nous avons vu, à côté du soleil, Saint Joseph avec l’Enfant-Jésus et Notre-Dame vêtue de blanc avec un manteau bleu. Saint Joseph et l’Enfant-Jésus semblaient bénir le monde avec des gestes qu’ils faisaient de la main, en forme de croix. Peu après, cette Apparition s’est évanouie, j’ai vu Notre-Seigneur, et Notre-Dame qui me donnait l’impression d’être Notre-Dame des Sept Douleurs. Notre-Seigneur semblait bénir le monde de la même manière que Saint Joseph. Cette Apparition disparut, et il me sembla voir encore Notre-Dame sous l’aspect de Notre-Dame du Carmel ».
« Si l’on ne cesse d’offenser Dieu… » avertissait maternellement la Sainte Vierge le 13 juillet, en disant Dieu « va punir le monde de ses crimes : par le moyen de la guerre de la famine et des persécutions contre l’Eglise et le Saint-Père… ». Et de demander la consécration à son Cœur Immaculé et la Communion réparatrice des premiers Samedis du Mois, pour empêcher tout cela.
Qui oserait prétendre que, depuis cette date, le monde s’est converti ?… Que l’enfer n’existe pas, ou que, s’il existe, il n’y a personne en enfer… « Dieu est tellement miséricordieux » dit-on… Ce qui est vrai ! Mais c’est oublier que c’est l’homme qui est pécheur et qu’il peut se révolter contre Lui, comme l’a fait Lucifer…
(Dans le prochain article, nous écouterons Sœur Lucie nous raconter les Apparitions de l’Ange, qui ont précédé les Apparitions de la Sainte Vierge en 1917, et que peu connaissent). (J.M.)
(Agence Fides, 16 novembre 2006)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network