http://www.fides.org

Africa

2003-10-09

AFRIQUE / CONGO (REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE) - DANS LE NORD-EST DU CONGO, « LA CARTE DES MASSACRES COÏNCIDE AVEC CELLE DU PETROLE ». ON VEUT CONTRAINDRE LA POPULATION LOCALE A FUIR POUR POUVOIR EXPLOITER LES RICHESSES DE LA REGION SANS PAYER LE JUSTE PRIX

Bunia (Agence Fides) – De nouveaux détails nous parviennent sur le massacre accompli dans l’Ituri. « Le lundi 6 octobre, dans le village de Kachele, 65 personnes ont été massacrées à coups de machettes, des femmes, des enfants et des personnes âgées en particulier. Les agresseurs provenaient d’un village voisin », déclare à l’agence Fides un religieux congolais qui est à Bunia. « Kachele, qui se trouve près de la paroisse de Fataki dans le Diocèse de Bunia, est habité surtout par des Hema, alors que le groupe qui a attaqué le village sont des Lendu » précise le religieux. Depuis 1999, dans l’Ituri, une région du nord-est de la République Démocratique du Congo, les affrontements tribaux entre Hema et Lendu ont fait plus de 50.000 morts et 500.000 réfugiés. « La situation est insupportable : les habitants de la région prennent finalement conscience de l’horreur dans laquelle ils sont tombés. Malheureusement les hommes politiques de l’Ituri se réunissent à Kinshasa, à 2.000 kilomètres de là. Mais c’est ici qu’ils doivent entrer en relations avec les gens ; c’est ici qu’il faut agir pour désarmer les esprits. Ce n’est pas une tâche facile, et il ne sera pas possible d’obtenir la paix à brève échéance, parce qu’il est plus facile de semer la haine et la mort que de semer l’amour et la paix » déclare le religieux.
« Mais il n’y a pas seulement des causes locales qui alimentent la guerre. Si l’on regarde la carte des villages où se sont produits les derniers massacres, on découvre que ce sont les régions où il y a le pétrole, que, précisément ces jours-ci, une société canadienne a commencé d’exploiter. Souvenez-vous bien de ces noms : Drodro, Kachele, Fataki, Iba. Ce sont tous des villages qui ont vu leur population massacrée ces derniers mois, et dont le sous-sol contient la richesse du pétrole. Dans l’Ituri, on commence à comprendre que les massacres de civils fait partie d’un plan pour contraindre la population à fuir, de manière à laisser le champ libre à ceux qui veulent exploiter les ressources du sous-sol sans payer le juste prix », conclut le religieux.
Dans l’Ituri, une force de paix des Nations-Unies est en train de déployer ses troupes ; il s’agit de la MONUC, Missions des Nations-Unies au Congo, qui a la charge de garantir la sécurité de la population civile ; 3.360 Casques bleus sont arrivés jusqu’à présent, sur un total prévu de 4.800 hommes. (L.M)
(Agence Fides, 9 octobre 2003, 33 lignes, 452 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network