http://www.fides.org

Vaticano

2003-10-06

VATICAN - « NOTRE MONDE A BESOIN DU TEMOIGNAGE DE NOTRE UNITE » DECLARE LE PAPE A L’ARCHEVEQUE DE CANTORBERY

Rome (Agence Fides) « Notre monde a besoin du témoignage de notre unité, enracinée dans notre amour commun et dans notre obéissance au Christ et à son Evangile. C’est cette fidélité au Christ qui nous impose de continuer à rechercher l’unité pleine et visible, et de trouver les moyens adéquats pour nos engager, chaque fois que cela est possible, dans le témoignage et dans la Mission commune. ». C’est ce qu’a déclaré le Pape Jean Paul II qui a reçu en audience, le samedi 4 octobre, l’Archevêque de Cantorbéry et Primat de la Communion anglicane, Sa Grâce Rowan Douglas Williams, à l’occasion de sa première visite officielle au Pape.
Le Saint-Père a souligné l’importance de la série de rencontres récentes entre l’Evêque de Rome et l’Archevêque de Cantorbéry, après une longue période sans contacts (« ces rencontres ont donné aussi une expression à notre anticipation de la pleine communion que le Saint-Esprit veut pour nous et requiert de nous ») sans toutefois taire les obstacles qui se sont manifestés récemment sur le chemin de l’unité. « Ces difficultés ne sont pas de nature purement disciplinaires, a déclaré le Saint-Père, et plusieurs touchent des questions fondamentales de la foi et de la morale. A la lumière de cela, nous devons rappeler notre engagement à écouter attentivement et avec honnêteté la voix du Christ, comme elle nous parvient à travers l’Evangile et la Tradition apostolique de l’Eglise. Face au laïcisme croissant du monde actuel, l’Eglise doit assurer que le dépôt de la foi soit proclamé dans son intégrité, et qu’il soit exempt d’interprétations erronées et déformées ».
Rappelant le début du dialogue théologique, œuvre du Pape Paul VI et de l’Archevêque Ramsey, le Saint-Père a déclaré : « Ils ne pouvaient connaître le parcours exact ni la longueur du chemin vers la pleine communion, mais ils savaient qu’il y faudrait de la patience et de la persévérance, et qu’on ne l’obtiendrait que comme don du Saint-Esprit ». Remerciant l’Archevêque de Cantorbéry pour sa visite au début de son ministère, le Saint-Père a invité à persévérer dans le chemin entrepris : « Nous partageons le désir d’approfondir notre communion En cette fête de Saint François d’Assise, Apôtre de la Paix et de la Réconciliation, prions ensemble que le Seigneur fasse de nous des instruments de sa paix ». (S.L.)

(Agence Fides, 6 octobre 2003, 32 lignes, 419 mots

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network