http://www.fides.org

Africa

2003-05-12

AFRIQUE / OUGANDA - LES REBELLES ATTAQUENT LE SEMINAIRE DE LACHOR : 41 PETITS SEMINARISTES SONT ENLEVES, UN JEUNE QUI S’ETAIT REFUGIE AU SEMINAIRE EST TUE – L’ARCHEVEQUE DEMANDE LA PRIERE DE TOUS

Kampala (Agence Fides) – 41 séminaristes du petit séminaire de Lachor (dans le nord de l’Ouganda) ont été enlevés par les rebelles de la « Lord’s Resistance Army » (LRA). L’enlèvement a eu lieu dans la nuit du samedi 10 au dimanche 11 mai. « Il était minuit environ quand les rebelles ont attaqué le séminaire, raconte à l’agence Fides le Père Guido Oliana, supérieur général des Comboniens en Ouganda. Les forces gouvernementales ont opposé de la résistance, et une fusillade a éclaté qui a duré pendant deux heures. Durant la bataille, un jeune du lieu, qui dormait au sémianire pour être à l’abri des rebelles, a été tué. Malheureusement, il a trouvé la mort à l’endroit même où il se sentait en lieu sûr…
« L’armée pouvait faire plus ; quoi qu’il en soit, grâce à son intervention, la plus grande partie des jeunes, une centaine, a pu s’enfuir, même si 41 d’entre eux ont été enlevés. Il s’agit de jeunes de première et de deuxième année des écoles supérieures, qui ont été liés l’un à l’autre, selon la méthode adoptée par la LRA quand elle enlève des enfants et des adolescents ».
Mgr John Baptist Odama, Archevêque de Gula, l’Archidiocèse où se trouve le séminaire de Lachor, a déclaré à l’agence Fides : « Le moment est délicat. Je demande la prière de tous, pour que la situation puisse se résoudre au mieux… Il y a des contacts avec les ravisseurs… Nous espérons qu’ils seront bientôt libérés ».
Au début du mois de mars, la LRA avait proclamé une trêve qui n’est jamais entrée en vigueur. Formée en grande partie de l’ethnie des Acholis, la LRA combat depuis 1986 contre l’actuel Président M. Yoweri Museveni, arrivé au pouvoir en 1986 en renversant une junte militaire composée en grande partie d’officiers Acholi. Les anciens militaires de cette ethnie se sont réfugiés au Soudan et ont formé des mouvements de rebelles, dont la LRA.
En plus de cet aspect ethnique, la LRA se caractérise aussi par une idéologie fondée sur le syncrétisme religieux, en mêlant des éléments du christianisme et de l’islam et ceux des religions africaines traditionnelles. Pour cette raison, les chefs religieux de la région s’emploient à traiter avec les chefs des rebelles pour parvenir à la paix. (L.M.) (Agence Fides, 12 mai 2003, 31 lignes, 411 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network