ASIE/VIETNAM - Soutien aux pauvres et aux malades : l'Église profondément impliquée dans les actions de charité pour la pandémie

mercredi, 28 juillet 2021   pauvreté   pandémie   solidarité   evêques  

Ho Chi Minh Ville (Agence Fides) - Alors que le Vietnam, considéré comme un pays qui avait réussi à contrer la pandémie, est touché par la quatrième vague, en particulier par la variante Delta du Covid-19, les diocèses de l'Église catholique au Vietnam continuent à être actifs dans le travail de prévention et de charité. Les communautés locales émettent des avertissements spécifiques, des instructions aux prêtres, religieux et laïcs, les invitant à respecter les protocoles et à participer aux liturgies en ligne afin de maintenir le lien de foi avec la communauté, qui souffre avec le reste de la population.
Dans le contexte de l'urgence dans toutes les villes et villages, en particulier à Ho Chi Minh Ville et dans les provinces du sud, les Évêques des 27 diocèses catholiques du pays ont exhorté tous les fidèles à soutenir les pauvres et les malades causés par la pandémie. Dans une lettre rendue publique par les Évêques, signée par Mgr Joseph Nguyen Chi Linh, Archevêque métropolitain de Hue et président de la Conférence des Évêques catholiques du Vietnam, et reçue par l'Agence Fides, il est noté : " Jamais, pas même pendant la guerre, Ho Chi Minh Ville n'a connu des jours de défis aussi urgents qu'aujourd'hui. Des tragédies de plus en plus graves se produisent : familles infectées, hôpitaux surchargés, médecins et personnel médical épuisés, équipes de prévention sous pression, interruption de la production de biens et de services, transports limités, hausse des prix des matières premières.
La ville, autrefois connue comme la "perle de l'Extrême-Orient", un centre économique prospère, est aujourd'hui en danger, avec des pénuries de personnel, des pénuries de riz, des pénuries de légumes, un manque d'argent et un manque de médicaments. Des dizaines de milliers de personnes âgées et d'enfants qui vendent des produits dans les rues, des vendeurs ambulants, des taxis et des travailleurs journaliers, que feront-ils et comment gagneront-ils de l'argent et se procureront-ils de la nourriture s'ils ne peuvent pas sortir, en raison de l'enfermement, dans les prochains jours ? Où les travailleurs journaliers trouveront-ils de l'argent ? Et les usines, privées de main-d'œuvre, réduiront-elles les salaires ou fermeront-elles leurs portes ?"
La phase historique, selon les Évêques, est dramatique : "Aujourd'hui plus que jamais, nous exhortons les citoyens vivant à la campagne à regarder cette belle ville, qui était autrefois un centre d'amour, devenir un épicentre de la pandémie. J'invite les Vietnamiens de l'étranger à se souvenir de la chanson "Saigon est si belle, Saigon" qui résonnait autrefois. Nous appelons, par fidélité, tous les membres du peuple de Dieu, congrégations, paroisses, groupes, organisations caritatives à considérer le temps présent comme une réelle opportunité de pratiquer l'esprit de charité selon l’Évangile. Nous demandons instamment aux organisations de médias de transmettre rapidement cette idée à tous. Veuillez agir de toute urgence. Faisons tout ce que nous pouvons pour sauver nos frères et sœurs qui luttent contre la maladie et les moyens de subsistance".
Le texte de la missive note "Nous ne savons pas combien de temps la crise va durer ni comment elle va évoluer. Mais pour les catholiques, il s'agit d'un signe des temps qui nous oblige à être prêts à reconnaître la volonté de Dieu. La pandémie fait des ravages dans notre pays, mais nous, avec nos compatriotes vietnamiens partout dans le monde, chez nous ou à l'étranger, nous construirons une nouvelle ville et une nouvelle société fondées sur l'amour mutuel".
En réponse à l'appel, les communautés chrétiennes se sont mobilisées et ont lancé des collectes d'argent, de biens matériels et de nourriture, notamment dans les zones rurales, pour les envoyer à la population de Ho Chi Minh Ville.
A l'épicentre de l'urgence, l'Archevêque de Ho Chi Minh Ville, Mgr Joseph Nguyen Nang, a appelé tous les fidèles de l'Archidiocèse à respecter strictement la distance entre les familles afin de mettre fin à la chaîne de propagation du virus. Il a également appelé à "partager la nourriture quotidienne pour les familles nécessiteuses, et a envoyé 430 personnes, dont des prêtres, des religieux et des volontaires, dans les hôpitaux pour soigner et apporter un réconfort moral et spirituel aux patients du Covid. "C'est une excellente occasion pour tous les religieux d'accomplir la mission de leur vocation d'hommes et de femmes de Dieu, qui peuvent dispenser les sacrements, y compris l'onction des malades", a-t-il déclaré. Lorsqu'un patient meurt du Covid-19, le gouvernement de la ville autorise les autorités religieuses à effectuer les rites funéraires du défunt avant qu'il ne soit incinéré. "C'est un geste significatif pour réconforter les catholiques. L'Archidiocèse organisera un groupe de prêtres qui se relaieront pour accomplir cette tâche", a déclaré Mgr Joseph Nguyen Nang.
L'Église du Vietnam", ont déclaré les Évêques, "est toujours une partie intégrante de la nation, travaillant pour le bien commun et au service de toutes les personnes en difficulté, sans aucune distinction de religion, de culture ou d'ethnie, non seulement par la prière mais aussi par la présence de réconfort et la participation aux œuvres de charité, responsable et aimante envers la nation. (AD-PA) (Agence Fides 28/7/2021)


Partager: