http://www.fides.org

Africa

2003-09-25

AFRIQUE / KENYA - DEPUIS 1985 1.500.000 KENYANS SONT MORTS DU SIDA ; AU SENEGAL EN REVANCHE ON ESTIME A 2% LA DIMINUTION DU NOMBRE DES MALADES PAR RAPPORT A L’AN PASSE

Rome (Agence Fides) – La XIII° Conférence Internationale se termine le 26 septembre à Nairobi ; elle a vu la participation de nombreuses personnalités internationales. Parmi les différents témoignages entendus durant cette Conférence, on note des données réconfortantes sur la baisse, au Sénégal, du nombre des infection dues au SIDA ; en effet, selon des estimations, on calcule que le nombre des infections dans le Pays a diminué de 2% par rapport à l’an passé, et que cette amélioration est due notamment à la gande collaboration entre le gouvernement et la société, et les Eglises en particulier. Le Sénégal et l’Ouganda sont les deux Pays africains qui, ces deux dernières années, obtiennent des résultats positifs sur la réduction du nombre des cas de SIDA. D’après des experts présents à la Conférence, le Sénégal a pris sans tarder des mesures préventives contre l’épidémie, en multipliant les campagnes d’information en particulier auprès des jeunes. En outre, le Pays n’a pas hésité à faire participer différentes organisations non gouvernementales et des communautés pour faire face au problème ; il a adopté aussi des systèmes de surveillance très valables.
Au Kénya, en revanche, depuis les premiers cas de SIDA diagnostiqués vers 1985, on estime que 2.200.0000 Kényans ont été touchés par le virus, et que 1.500.000 personnes en sont mortes. Parmi les initiatives prises par la XIII° Conférence Internationale, il faut noter la création d’un journal qui s’occupera de présenter les principales découvertes scientifiques et médicales faites par des chercheurs africains et du monde entier. Le journal sera disponible gratuitement sur papier, ou « en ligne » en anglais et en français. (AP)
(Agence Fides, 25 septembre 2003, 26 lignes, 303 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network