ASIE/INDE - Trois Cardinaux indiens reçus par le Premier Ministre pour inviter le Pape à visiter l'Inde

mercredi, 20 janvier 2021 saint-siège   minorités religieuses   liberté religieuse   politique   dialogue  

New Delhi (Agence Fides) – Accomplir les démarches institutionnelles nécessaires afin d'inviter le Pape François à visiter l'Inde : telle est l'une des demandes et des thèmes affrontés dans le cadre du colloque que trois Cardinaux indiens ont eu hier, 19 janvier, avec le Premier Ministre, Narendra Modi. Ainsi que l'a appris l'Agence Fides, durant la rencontre, qui a duré environ 45 minutes, ont également été discutées d'autres questions et défis que la communauté chrétienne doit affronter dans le pays. Les Cardinaux qui ont rencontré le Premier Ministre sont Leurs Eminences Oswald Cardinal Gracias, Archevêque de Bombay et Président de la Conférence épiscopale de l'Inde, George Cardinal Alencherry, Archevêque majeur d'Ernakulam-Angamaly des syro-malabares, et Baselios Cleemis Cardinal Thottunkal, Archevêque majeur de Trivandrum des syro-malankares.
« Il s'est agi d'un dialogue sur des thèmes de vaste ampleur. Nous avons parlé des différentes œuvres menées par l'Eglise en Inde, au niveau national, en particulier de la manière dont les institutions catholiques œuvrent dans les divers secteurs de l'instruction, de l'assistance médicale et sociale. Nous nous sommes confrontés sur la manière dont l'Eglise peut collaborer avec le gouvernement » a déclaré le Cardinal Gracias en marge du colloque.
Selon lui, « N. Modi est d'accord sur le fait d'inviter le Pape en Inde. Le Premier Ministre doit trouver un moment approprié où le Pape peut être invité, vu les conditions actuelles de santé et de sécurité en Inde » marquées par la pandémie.
Le Cardinal Gracias a également soulevé la question des paysans, souhaitant que « soit trouvée une juste solution », le Premier Ministre déclarant de son coté que le gouvernement fait tous les efforts possible pour cela.
Un autre des problèmes évoqués a été l'affaire du Père Stan Lourduswammy SI, arrêté pour son activisme social. Ainsi que cela a été indiqué par le Cardinal Gracias, le Premier Ministre a déclaré connaître la situation indiquant cependant que le cas était géré par une agence indépendantw et que le gouvernement ne désirait pas interférer dans cette question.
Les Cardinaux ont informé le Premier Ministre de l'importante action menée par l'Eglise au cours de la pandémie de Covid-19. L'Eglise et les organismes qui en dépendent ont en effet dépensé plus de 15,2 millions de roupies indiennes (soit près de 172.000 €uros) pour prendre soin des pauvres durant la pandémie. Les différentes Caritas présentes en Inde ont aidé plus de 2 millions de personnes. « Nous poursuivrons notre engagement dans le domaine des soins d'urgence au peuple indien » a indiqué le Président de la Conférence épiscopale.
Parlant des minorités religieuses – chrétienne, musulmane et autres – présentes en Inde, le Cardinal Alencherry a partagé avec N. Modi la réflexion « sur la nécessité d'une distribution équitable des biens et services » insistant par la suite auprès du Premier Ministre sur l'urgence de promouvoir l'harmonie religieuse. A ce propos, le Premier Ministre s'est déclaré d'accord.
En ce qui concerne le Foreign Contribution Regulation Act (FCRA) – qui entrave l'arrivée de fonds étrangers y compris aux organismes et organisations catholiques – le Premier Ministre a affirmé que « il existait de nombreuses agences qui reçoivent de l'argent depuis l'étranger sans tenir de comptabilité adéquate » justifiant ainsi la mesure.
Le Cardinal Thottunkal a demandé à ce que les fonds mis en place par le gouvernement fédéral pour les pauvres soient distribués de manière équitable.
Les Cardinaux ont également soulevé le problème de la promotion des dalits en particulier des membres chrétiens de cette communauté. « Il s'agit de groupes de personnes qui ont besoin de soins et d’être intégrés dans la société » ont-ils déclaré, rencontrant, sur ce thème également, l'accord du Premier Ministre. En ce qui concerne l'accès des dalits à l'instruction, aux bénéfices sociaux et à l'intégration, les Cardinaux ont suggéré au Premier Ministre d'adopter dans ce processus d'assistance des critères économiques et non pas religieux.
Le Cardinal Gracias a déclaré avoir expliqué à N. Modi que « l'Eglise ne fait pas de politique, qu'elle n'appuie aucun partie politique et qu'elle est toujours apolitique. Ce que nous cherchons toujours est un bon gouvernement. Nous cherchons la prise en considération des pauvres, la croissance économique et le développement des personnes, la justice et le progrès du pays ». (SD-PA) (Agence Fides 20/01/2021)


Partager:
saint-siège


minorités religieuses


liberté religieuse


politique


dialogue