AFRIQUE/EGYPTE - Nouvel alarme de l'Eglise copte orthodoxe à propos de la mauvaise information ecclésiale véhiculée par les réseaux sociaux

mercredi, 13 janvier 2021 proche-orient   eglises orientales   moyens de communication   réseau social   communications sociales  

Le Caire (Agence Fides) – « La multiplication de plate-formes et de réseaux sociaux de communication produit une situation de chaos informationnel. Quiconque peut écrire des messages et diffuser sur la toile quoi que ce soit sans devoir rendre compte de l'authenticité des contenus diffusés et sans devoir même indiquer la source dont ils proviennent ». C'est par ces considérations que le Père Boulos Halim, porte-parole de l'Eglise copte orthodoxe, a introduit une énième mise en garde portant sur les informations déformées et fausses concernant l'Eglise qui inondent les réseaux sociaux, un phénomène qui produit des effets, y compris graves, sur les consciences de multitudes de personnes et qui, selon le Père Halim, ne peut en aucune manière être contrasté au travers de démentis officiels publiés en temps utile. C'est pourquoi – suggère la mise au point du porte-parole de l'Eglise copte orthodoxe – ceux qui veulent reprendre ou commenter des nouvelles fiables concernant l'Eglise copte orthodoxe sont vivement invités à suivre scrupuleusement les informations divulguées ou confirmés par les canaux de communication officiels du Patriarcat copte orthodoxe ou par le Patriarche lui-même, s'en tenant à celles-ci et évitant d'accorder du crédit à des rumeurs etc.
Le dernier cas qui a attiré l'attention des responsables de la communication du Patriarcat copte orthodoxe concerne la diffusion virale sur les réseaux sociaux de l'information selon laquelle, au cours de la divine liturgie de la veille de Noël, célébrée au soir du 6 janvier au Monastère d'Anba Bishoy par le Patriarche Tawadros II, serait apparue miraculeusement Sœur Tamav Irini, une célèbre moniale copte orthodoxe ayant vécu de 1936 à 2006 et à l'intercession de laquelle sont attribués divers miracle tant de son vivant qu'après sa mort. L'impressionnante propagation de cette rumeur sur les réseaux sociaux a poussé les moyens de communication de l'Eglise copte orthodoxe à diffuser un démenti officiel invitant à ne pas répandre cette fausse nouvelle.
Tamav Irini (littéralement notre mère Irène), Abbesse du Monastère Saints Mercures et Antoine Abbé du Caire, conduisait des rassemblements auxquels participaient parfois des milliers de coptes, leur parlant du Paradis, du destin de bonheur éternel et des miracles accomplis par l'intercession des saints. La dévotion populaire lui a attribué déjà par le passé des expériences de bilocation et des apparitions miraculeuses, y compris celle au cours de laquelle l'Abbesse serait apparue à l'improviste en compagnie de Saint Mercure dans une pièce fermé de la résidence privée du Chef de l'Etat de l'époque, Hosni Mubarak, pour le convaincre à faire modifier le projet de construction d'une autoroute qui aurait comporté la destruction d'une partie de son monastère.
Depuis longtemps, l'Eglise copte orthodoxe s'interroge sur l'impact de l'expansion des réseaux sociaux sur la vie concrète des communautés ecclésiales. Dans un récent discours s'adressant aux représentants du Rotary Club d'Alexandrie-Pharos (voir Fides 16/11/2020), le Patriarche copte orthodoxe Tawadros II a voulu réaffirmer que ce ne sont certes pas les réseaux sociaux qui peuvent ouvrir aux hommes et aux femmes d'aujourd'hui les portes du Paradis, ajoutant que les réseaux sociaux constituent « une arme à double tranchant » comme un couteau qu'il est possible d'utiliser correctement ou de manière erronée, avec un potentiel destructeur en mesure de nuire aux personnes et de lacérer le tissu social. (GV) (Agence Fides 13/1/2021)


Partager:
proche-orient


eglises orientales


moyens de communication


réseau social


communications sociales