AFRIQUE/EGYPTE - Chrétiens et musulmans de Minya ensemble pour demander la fin des mentions concernant l'appartenance religieuse sur les documents d'identité

jeudi, 19 novembre 2020 eglises orientales   proche-orient   islam   athéisme   sectarisme   lois  

CoptsUnited

Minya (Agence Fides) – Pour lutter contre les discriminations et les sectarismes qui lacèrent le tissu social égyptien, il serait utile de retirer des documents d'identité les références à l'appartenance religieuse. Telle est la proposition relancée par un groupe de chrétiens et de musulmans s'étant réuni dans la ville de Minya dans le but de formuler des propositions utiles pour soutenir une coexistence civile pacifique et désamorcer les fanatismes et les extrémismes alimentés par des propagandes qui instrumentalisent les contenus et les langages religieux. A la rencontre ont également participé des prêtres coptes de Minya ainsi que des représentants des communautés islamiques locales.
En Egypte, la controverse sur l'appartenance religieuse à indiquer sur les documents d'identité a déjà été soulevée dans les années 1990 et a été jusqu'ici l’apanage de groupes athées, agnostiques et d'égyptiens ne désirant pas etre identifiés comme musulmans, chrétiens ou juifs. Dans certains cas, comme pour les adeptes de la doctrine bahaïe, le refus d'indiquer son appartenance religieuse sur les documents d'identité a comporté de facto l'impossibilité d'exercer leurs droits civils et de bénéficier des services publics. En août 2009, la situation avait apparemment été résolue d'un point de vue légal au travers de la reconnaissance de la possibilité de remplir d'un simple trait l'espace du document d'identité dans lequel doit etre indiquée l'appartenance religieuse du titulaire. (GV) Agence Fides 19/11/2020)


Partager:
eglises orientales


proche-orient


islam


sectarisme


lois