AMERIQUE/PARAGUAY - La prière des catholiques de Concepcion pour la libération de leurs frères enlevés

lundi, 12 octobre 2020 droits fondamentaux   zones de crise   violence   solidarité   groupes armés  

Facebook

La prière des catholiques de Concepcion pour la libération de leurs frères enlevés

Concepción (Agence Fides) – C'est un rejet décidé des actes criminels perpétrés par le groupe connu sous le nom d'armée populaire paraguayenne (EPP) et la demande d'une libération immédiate qu'exprime la communauté du Diocèse de la Très Sainte Conception du Paraguay au travers d'une déclaration adressée à l'opinion publique, présentée et lue au cours des Messes célébrées le Dimanche 11 octobre et transmise à l'Agence Fides. Dans la note, signée par l'Evêque de Concepcion, S.Exc. Mgr Miguel Ángel Cabello, les prêtres de tout le Diocèse du Paraguay ont également rejeté les spéculations qui cherchent à associer des membres de l'Eglise et l'EPP, exhortant les agents de la Fuerza di Tarea Conjunta (FTC) à redoubler leurs efforts pour arrêter les ravisseurs.
« Nous prions pour la libération rapide de nos frères enlevés Félix Urbieta, Edelio Morínigo et Óscar Denis. Nous condamnons la violation de la dignité de la personne humaine perpétrée par le groupe criminelle qui s'autoproclame EPP et nous rejetons tout type de violence comme moyen de revendication sociale » indique le communiqué parvenu à Fides. « Nous exprimons notre solidarité sincère aux familles de nos frères enlevés et les encourageons, même dans la douleur et dans l'angoisse, à conserver fermes la foi en Dieu et l'espérance » poursuit le texte.
« L'Eglise du nord a une longue expérience d'accompagnement du peuple, humble et appauvri, dans son effort de survie et dans la recherche d'un avenir meilleur mais l'Eglise n'a jamais fait de compromis avec des tendances idéologiques ou des groupes de pouvoir » souligne le communiqué.
La communauté diocésaine demande, une fois encore, la présence des forces de l'Etat sur zone : « Nous demandons, une fois encore, une plus forte présence de l'Etat dans notre région pour améliorer l'instruction, la santé, la production agricole et fournir des opportunités de formation et de travail digne, en particulier aux jeunes » indique le texte. « Nous exhortons vivement les moyens de communication de masse à offrir toujours des informations objectives, honnêtes et responsables en évitant de diffuser des informations fausses et calomnieuses, dans la mesure où elles ne contribuent pas à construire la société juste, respectueuse et solidaire à laquelle nous aspirons ».
Le texte s'achève par la requête de prier « pour la libération de nos frères enlevés, pour la paix dans le nord et pour un avenir plus digne pour tous au Paraguay ».
A ce jour, dans le département de Concepcion, trois personnes ont été enlevées par l'EPP : le sous-officier Edelio Morínigo, voici 2.191 jours, le paysan Félix Urbieta, voici 1.430 jour et l'ancien Vice-président de la République, Oscar Denis, voici 33 jours.
Ce dernier épisode de violence a secoué le pays. Les organismes internationaux ont également commencé à suivre la problématique. Le Bureau de l'ONU au Paraguay a déclaré à cet égard : « L'ONU demande la libération immédiate des personnes enlevées et le respect des droits fondamentaux reconnus par la Constitution nationale et par la Déclaration universelle des Droits de l'homme de l'ONU ». (CE) (Agence Fides 12/10/2020)


Partager:
droits fondamentaux


zones de crise


violence


solidarité


groupes armés