AFRIQUE/EGYPTE - Réaffirmation de l'équidistance de l'Eglise copte orthodoxe entre les candidats et listes en course dans le cadre des élections législatives

samedi, 10 octobre 2020 proche-orient   eglises orientales   politique   elections   laïcité   sectarisme  

Le Caire (Agence Fides) – L'Eglise copte orthodoxe exprime son estime et son encouragement à tous ceux qui se présenteront en tant que candidats aux prochaines élections législatives mais, dans le même temps, elle maintient son équidistance et évite de soutenir des listes ou des candidats au détriment d'autres ou de participer à des manifestations et à des campagnes de propagande. C'est ce qu'a réaffirmé le Métropolite Makarios, Evêque copte orthodoxe de Minya et Abu Qurqas, dans une déclaration publiée sur le site Internet officiel du Diocèse. Le Métropolite, figure éminente de l'Episcopat copte orthodoxe, a dans le même temps souligné que l'Eglise invite tous les citoyens à participer au scrutin, considérant l'exercice du droit de vote comme un devoir civique et une manifestation de la sollicitude pour le sort de la communauté nationale.
Les opérations électorales pour choisir les membres de la Chambre des représentants égyptienne se tiendront en différentes phases du 21 octobre au 8 novembre prochains. Aux précédentes élections législatives de 2015, 36 sièges sur 568 avaient été assignés à des candidats coptes orthodoxes.
Au cours de ces dernières semaines, ainsi que l'a indiqué l'Agence Fides (voir Fides 01/10/2020), la candidature aux prochaines élections législatives du prêtre copte orthodoxe aux prochaines législatives Paula Fouad rouvre le débat sur l’engagement direct du clergé en politique. Le prêtre, Curé de la Paroisse Saint Georges d’al Matarya, devrait se porter candidat sur la liste dénommé « Coalition des indépendants » dans la circonscription électorale qui comprend également le Caire.
Par le passé, en Egypte, divers prêtres et Evêques ont fait partie de formations politiques en tant qu’au sein de l’Eglise copte orthodoxe seuls les moines sont tenus d’éviter tout engagement personnel direct dans le domaine politique. Dès lors, en l’absence de règles claires, la candidature annoncée par le prêtre Paula Fouad est l’objet de polémiques de la part des observateurs et commentateurs qui soutiennent des positions différentes quant à l'opportunité de son choix. (GV) (Agence Fides 10/10/2020)


Partager:
proche-orient


eglises orientales


politique


elections


laïcité


sectarisme