ASIE/LIBAN - Prise de position des Evêques maronites en faveur des négociations avec Israël en vue de la démarcation des frontières

jeudi, 8 octobre 2020 proche-orient   eglises orientales   zones de crise   politique   géopolitique   economie  

Bkerké (Agence Fides) – La lenteur des enquêtes portant sur la responsabilité des explosions du 4 août dernier sur le port de Beyrouth prouve de manière déchirante l'échec de l'Etat libanais et l'incapacité des institutionnelles nationales à faire face à la crise systémique du pays. C'est ce qu'affirment les Evêques maronites dans le message diffusé au terme de leur réunion mensuelle tenue le 7 octobre au siège patriarcal de Bkerké, sous la Présidence du Patriarche d'Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Bechara Boutros Rai. L'incapacité des institutions libanaises à identifier et à poursuivre les responsables de ces explosions dévastatrices – remarquent les Evêques maronites – va de pair avec l'immobilisme dont elles font preuve face à l'urgence liée au dédommagement des familles des victimes et à la mise en place des fonds destinés à la restauration des édifices, des habitations et des infrastructures détruits par les déflagrations du 4 août. Le message des Evêques réserve les seules paroles d'espérance à la vague de gestes de solidarité provoquée par la tragédie qui a impliqué non seulement les libanais mais également des gouvernements, des institutions ecclésiales, des associations civiles et des artistes du monde entier, lesquels ont tenu à manifester de manière concrète leur proximité et leur affection au Liban. Les Evêques maronites, dans leur message, espèrent que ces initiatives « continueront à atteindre le grand nombre de libanais qui vivent sous le seuil de pauvreté ». S'agissant de la énième paralysie politique ayant fait suite aux explosions, les Evêques maronites expriment « leur regret et leur déconvenue » concernant les jeux politiciens qui, jusqu'ici, ont empêché la formation d'un « gouvernement de salut national » formé de « réformateurs compétents » capable de restaurer la confiance du peuple libanais et de la communauté internationale vis-à-vis des responsables politiques du pays.
Dans leur document, les Evêques maronites expriment également leur préoccupation quant à la pérennisation également au Liban de l'urgence sanitaire due au Covid-19 alors qu'ils indiquent être favorables à l'annonce d'un « projet cadre » concernant « les négociations sur la démarcation de la frontière maritime entre le Liban et Israël sous l'égide des Nations unies ». Les Evêques maronites espèrent également que ces négociations pourront déboucher sur « une solution rapide qui permettra au Liban de bénéficier de ses richesses en pétrole et en gaz, au profit de la Nation et par suite de tous ses enfants ». Durant le mois d'octobre, les membres de l'Episcopat maronite appellent tous les fidèles à réciter le chapelet en méditant sur le mystère du salut et en demandant l'intercession de Notre-Dame afin que le Père Eternel déverse Ses consolations dans les cœurs de tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, ont souffert et continue de souffrir à cause des explosions du 4 août dernier. (GV) (Agence Fides 08/10/2020)


Partager:
proche-orient


eglises orientales


zones de crise


politique


géopolitique


economie