Juillet 2006 : “Pour que dans les territoires de missions les différents groupes ethniques et religieux vivent en paix, et construisent ensemble une société inspirée des valeurs humaines et spirituelles” Commentaire de l’Intention Missionnaire indiquée par le Saint-Père, par Son Eminence le Card. Placidus T. Toppo, Archevêque de Ranci (Inde)

lundi, 26 juin 2006

Rancii (Agence Fides) - La diversité est le principal phénomène qui traverse la création toute entière. Elle caractérise la société humaine de manière incomparable. Le continent asiatique vit cette réalité de façon très significative. Le sous-continent indien est aussi caractéristique. Grâce à la mondialisation, la plupart des grandes et petites villes du monde ont une nature cosmopolite. Des communautés, différentes par leurs origines ethniques, leurs convictions religieuses, leurs idéologies, leurs activités professionnelles, leurs traditions sociales et autres différences, coexistent et se superposent. Les territoires de mission sont des exemples vivants de ces cultures composites.
Les différentes communautés de la société ne peuvent plus rester séparées l’une de l’autre, comme si elles étaient isolées. Elles ne peuvent se permettre d’aller de l’avant dans l’isolement. La capacité à construire des relations sociales est le vrai critère pour juger de la maturité de leurs cultures. Un effort de collaboration pour le progrès de la civilisation humaine est le test de l’importance des valeurs auxquelles elles donnent la priorité. L’engagement dans des préoccupations de niveau supérieur définit la valeur de leur instruction et de leur recherche spirituelle.
“La race humaine entière a une origine commune et un destin commun. L’être humain est image et ressemblance de Dieu. Tous les êtres humains forment ensemble une communauté unique”, souligne la Déclaration sur les relations de l’Eglise avec les religions non chrétiennes “Nostra Aetate”. Par conséquent, vivre en paix et en harmonie les uns avec les autres est le signe de la paix intérieure. C’est la preuve de la communion avec Dieu. Quoi que vous fassiez à votre frère ou à votre sœur, c’est à Dieu que vous le faites (cf Mt 25,40). Etre spirituel signifie être compatissant l’un envers l’autre.
Construire une société meilleure est le souhait de tous les hommes et les femmes de bonne volonté. Une société qui s’inspire des valeurs humaines et spirituelles est une société meilleure, au sens propre du terme. Les communautés religieuses doivent accorder une plus grande attention aux valeurs universelles qui leurs sont intrinsèques. C’est ce que voulait dire notre grand Pape Jean-Paul II, quand il s’adressait aux chefs religieux à New Dehli en 1999 : “Les chefs religieux en particulier ont le devoir de faire tout leur possible pour que la religion soit comme Dieu l’entend : une source de bonté, d’harmonie et de paix”.
Les territoires de mission doivent encourager une attitude de complémentarité réciproque entre les différentes communautés ethniques, religieuses, et sociales. Les missionnaires chrétiens doivent être remplis de l’esprit exceptionnel de Jésus : “aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé” et doivent encourager une culture de l’amour universel entre ceux dont ils s’occupent. Les traditions de foi et les autres idéologies et mouvements aux principes sains doivent être orientés vers un engagement commun de vie en relations les uns avec les autres, et vers la construction ensemble d’une société meilleure. Ce noble effort pourrait certainement constituer une célébration anticipée d’une société fondée sur les valeurs humaines et spirituelles par excellence. Card. Placidus T. Toppo (Agence Fides 26/6/2006; lignes 44, mots 637)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network