ASIE/INDE - Ouverture de refuges destinés aux immigrés et aux évacués de la part de l'Eglise dans le cadre de la pandémie de Covid-19

mardi, 7 avril 2020 droits fondamentaux   solidarité   accueil   corona virus   evacués   migrants  

Ranchi (Agence Fides) – L'Archidiocèse de Ranchi, dans l'Etat du Jharkhand, dans l'est de l'Inde, a ouvert un premier refuge destiné aux travailleurs immigrés et à leurs familles bloqués dans le district de Muri, à la frontière avec le Bengale occidental. Par ailleurs 13 autres structures sont prêtes pour en accueillir d'autres. La mesure entend aider les immigrés pauvres et les travailleurs qui, en plein verrouillage national imposé pour contenir la pandémie de corona virus, ont commencé à revenir dans leurs Etats d'origine mais ne sont souvent pas parvenus à les atteindre, pouvant, dans ce cadre, être assimilés à des évacués.
Il s'agit d'immigrés, de journaliers, de domestiques, de vendeurs ambulants, de conducteurs de pousse-pousse, de personnels de nettoyage et d'ouvriers non spécialisés vivant sous le seuil de pauvreté. Ils travaillent dans divers secteurs, formels ou informels, dans tout le pays et sont les plus touchés par le verrouillage puisque les usines, les entreprises et les institutions ont fermé leurs portes. Selon des estimations du gouvernement indien. 450 millions de personnes sur 1,3 millions d'habitants du pays sont des migrants internes, déplacés ou s'étant transférés à l'intérieur de la vaste Union indienne, à la recherche d'un travail. La majeure partie provient de l'Uttar Pradesh et des Etats de l'est du pays que sont le Bihâr, le Jharkhand, le Bengale Occidental, l'Orissa et l'Assam. Des milliers d'entre eux ont cherché à regagner à pieds leurs villes et villages d'origine, les autobus d'Etat, les taxis et les trains étant bloqués pour contenir la diffusion du virus. Ainsi, des milliers de familles sont-elles bloquées au Jharkhand.
Dans ce contexte, le gouvernement de l'Etat du Jharkhand a demandé à l'Eglise un soutien pour aider à accueillir et à soigner ces migrants, qui sont tous des travailleurs demeurés bloqués sur le territoire de l'Etat alors qu'ils y transitaient. L'Eglise au sein de l'Etat en question s'est organisée afin de fournir un abri, de la nourriture et des services de base à ces personnes. « Sur 46 personnes accueillies, se trouvent 6 femmes, un enfant de trois ans et un autre âgé d'un an ainsi qu'un troisième de trois mois. L'une des femmes accueillies est enceinte » a déclaré à l'Agence Fides le Père Sushil Toppo, Secrétaire de l'Archidiocèse de Ranchi. Les hôtes sont logés dans le refuge installé dans les locaux de la Ursuline High School de Muri gérée par les religieuses ursulines. Chacun des présents a été précédemment soumis à dépistage par les autorités sanitaires du gouvernement local pour exclure sa positivité au corona virus. La maison d'accueil est équipée pour loger quelques 200 personnes en respectant les mesures imposées pour limiter la contamination.
L'Evêque auxiliaire de Ranchi, S.Exc. Mgr Théodore Mascarenhas, en compagnie du Provincial des Jésuites, le Père Joseph Marianus Kujur, et de quelques prêtres, ont rendu visite au refuge au matin du 4 avril. L'Evêque a fait les éloges de la collaboration entre autorités civiles et ecclésiales et, parlant avec les hôtes, il leur a affirmé : « Considérez que ceci est votre maison », assurant qu'ils seront « traités avec amour, comme des frères et soeurs ». Il a ensuite confirmé que 13 autres structures catholiques présentes sur le territoire de l'Archidiocèse ont déjà été préparées par l'Eglise locale et attendent d'autres migrants.
La population de l'Etat du Jharkhand est à 68,8% composée d'hindous et à 14,5% de musulmans. Les chrétiens représentent quant à eux 4,3% de la population. (SD-PA) (Agence Fides 07/04/2020)


Partager:
droits fondamentaux


solidarité


accueil


corona virus


evacués


migrants