AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Témoignage de l’Evêque de Tombura-Yambio à propos de l’endiguement de l’impact du Covid-19

jeudi, 26 mars 2020 corona virus   droits fondamentaux   santé   solidarité   aides humanitaires   ong  

CHS

Tombura (Agence Fides) – “Les autorités sanitaires de notre pays nous exhortent à interrompre toutes les activités, à fermer les institutions, lieux de culte et écoles. En tant que personnes de foi, nous sommes appelés à affronter la peur de ce moment, liée à la pandémie de corona virus, avec courage et un coeur généreux”. C'est en ces termes que S.Exc. Mgr Barani Eduardo Hiiboro Kussala, Evêque de Tombura-Yambio, s'est adressé aux prêtres et aux fidèles de son Diocèse. Au Soudan du Sud, aucun cas avéré n'a été signalé mais les mesures préventives sont déjà en place. Le Ministère de la Santé a annoncé la fermeture e tous les aéroports du pays avec interdiction de vols internationaux ainsi que la fermeture des frontières. Seront admis les seuls autobus de lignes, camions acheminant des denrées alimentaires et camions citernes de carburant.
“Les églises – indique l'Evêque dans une note transmise à l'Agence Fides – demeureront ouvertes en signe de paix et d'espérance. Les enfants et les personnes âgées devront rester chez eux. Les célébrations liturgiques de masse seront suspendues. Les adultes qui voudront se rendre à l'église pour prier devront se laver les mains à l'entrée et maintenir une distance d'un mètre les uns des autres”. Dans sa lettre, l'Evêque invite tout un chacun à s'en tenir strictement aux indications fournies et affirme: “Toutes les radios du Diocèse transmettront quotidiennement la Messe”.
Mgr Hiiboro, exhortant le personnel de l'Eglise, invite tout un chacun à travailler en étroit contact avec les autorités gouvernementales locales afin de renforcer les mesures préventives contre le Covid-19 et à servir le bien commun, en accordant la priorité aux plus vulnérables du Diocèse.
Bien qu'elles soient importantes, les mesures adoptées n'affrontent pas la réalité complexe dans le pays, déjà en proie à la faim, à la pauvreté et aux maladies, où, normalement, les mesures sanitaires sont d'ores et déjà insuffisantes. Le gouvernement devrait garantir le fait que les restrictions en termes de déplacement n'interrompent pas les aides humanitaires. Les organisations humanitaires, souligne l'Eglise, doivent continuer à avoir accès illimité aux populations nécessiteuses. (CHS/AP) (Agence Fides 26/03/2020)

CHS


Partager: