AMERIQUE/ARGENTINE - Grande prière pour la vie le 8 mars à l’initiative des Evêques sous le slogan « oui aux femmes, oui à la vie »

mercredi, 4 mars 2020 avortement   femmes   droits fondamentaux   vie humaine   conférences épiscopales  

Twitter

Grande prière pour la vie le 8 mars à l’initiative des Evêques sous le slogan « oui aux femmes, oui à la vie »

Buenos Aires (Agence Fides) – Dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la femme, le 8 mars, et à l’occasion de la discussion devant le Parlement du projet de légalisation de l’avortement, la Commission exécutive de la Conférence épiscopale d’Argentine (CEA) invite tous les Evêques à concélébrer la Messe en la Basilique de Lujan le Dimanche 8 mars à 11.00 locales, afin de demander la protection de la vie humaine de sa conception à la mort naturelle. Ainsi que l’indique le communiqué envoyé à Fides, le slogan de la célébration sera : « Oui aux femmes, oui à la vie ». « Nous invitons l’ensemble du peuple de Dieu et tous les hommes et femmes de bonne volonté – indique le texte de la Conférence épiscopale – à s’unir à cette prière commune pour la vie en compagnie de Notre-Dame de Lujan, Patronne du peuple argentin ».
Dans son discours du 2 mars, prononcé dans le cadre de l’inauguration officielle de la Session ordinaire du Parlement, le Président argentin, Alberto Fernández, a annoncé parmi les divers projets visant à relancer l’économie, affronter la crise sociale et réformer la justice, la présentation rapide d’un projet de loi visant à légaliser l’avortement, pour l’heure illégal dans le pays à l’exception de cas spécifiques. En parallèle avec le projet de loi sur l’avortement devait en être présenté un autre visant à assurer une assistance aux femmes enceintes et de garantir leurs droits ainsi que ceux de leurs enfants au cours de leurs premiers 1.000 jours de vie.
Depuis longtemps déjà, les Evêques d’Argentine font entendre leur voix préoccupée en ce que la nouvelle loi ne consisterait en rien d’autre qu’en une légalisation pure et simple de l’avortement. A ce jour, en Argentine, l’avortement est légal seulement en cas de viol ou lorsque la santé de la femme est en danger. Les nouvelles mesures visent en revanche à le légaliser purement et simplement bien que le Sénat ait rejeté le texte voici deux ans, sous la Présidence Macri. Dans leur Message de Noel 2019, les Evêques étaient revenus sur le sujet. Outre à qualifier cette mesure d’inappropriée, ils avaient réaffirmé que les argentins sont « en faveur de la dignité et de la valeur sacrée et inaliénable de la vie ». Quelques jours seulement après sa prise de fonctions, la Commission exécutive de la Conférence épiscopale d’Argentine avait rendu visite, au siège du gouvernement, au nouveau Président de la République, Alberto Fernández (voir Fides 19/12/2019). Dans le cadre du colloque, avait été évoquée la lutte contre la pauvreté, la protection de la Création et le protocole de dépénalisation de l’avortement. Selon le communiqué diffusé alors par la CEA, les Evêques avaient exprimé « leur surprise et dans le même temps leur malaise et leur préoccupation s’agissant du protocole présenté par le Ministère de la Santé qui, en pratique, autorise l’avortement libre », réaffirmant que « l’Eglise a toujours défendu et défendra toujours la vie depuis sa conception de manière claire et décidée ». (SL) (Agence Fides 04/03/2020)


Partager:
avortement


femmes


droits fondamentaux


vie humaine


conférences épiscopales