ASIE/OUZBEKISTAN - Fraternité et prière en compagnie des personnes âgées et des malades

vendredi, 28 février 2020 evangélisation   foi   fraternité   prière   eglises locales   maladies  

PDP of Uzbekistan

Un ouzbekh âgé, durant une commémoration

Tachkent (Agence Fides) – « Dimanche dernier, dans notre église de Samarkand, nous avons fêté Igor, l’un de nos plus vieux paroissiens dans la mesure où, après toute une vie en Ouzbékistan, il a décidé de retourner dans sa terre d’origine, la Pologne. Après la Messe, nous avons prié pour lui et organisé un petit moment de convivialité fraternelle pour le saluer. Pour nous, Igor est une personne très importante dans la mesure où son grand-père a été l’un des fondateurs de la Paroisse de Samarkand, voici un siècle, comme cela a été également le cas de celle de Tachkent » C’est ce qu’indique à l’Agence Fides l’Administrateur apostolique d’Ouzbékistan, S.Exc. Mgr Jerzy Maculewicz OFM.
L’épisode est représentatif du style pastoral et de la présence des rares prêtres et religieux ouzbeks vis-à-vis de la population : un style fait de proximité qui part de l’intérêt pour une relation humaine authentique et profonde. « Au cours de ces derniers mois, nous avons cherché à faire sentir notre proximité à toutes les communautés paroissiales ouzbèkes. Par exemple, à l’occasion de la Journée mondiale du Malade, je me suis rendu à Urgench, où nous avons célébré le sacrement de l’onction des infirmes, reçu par une quinzaine de personnes. Je me suis ensuite rendu au domicile de trois fidèles malades qui ne peuvent fréquenter la Paroisse. Nous avons prié ensemble et je leur ai porté l’Eucharistie » explique l’Evêque.
Cette même Journée mondiale du Malade a également été célébrée dans la ville de Tachkent. « Le 11 février étant un mardi et tous les fidèles ne pouvant participer à la Messe, nous avons anticipé les célébrations à la fin de la semaine précédente, en vivant une Adoration du Très Saint Sacrement et la célébration communautaire du Sacrement de la Réconciliation. Ensuite, nous avons célébré la Messe avec l’Onction des Malades, suivie d’un moment récréatif pour tous les participants » a-t-il conclu. Il s’agit de petits signes et de simples moments de vie communautaire qui – explique l’Administrateur apostolique – servent à cimenter la petite communauté catholique et à fournir un signe visible de la vie évangélique selon le commandement « Ils vous reconnaitront à la manière dont vous vous aimez ».
Au sein de cette nation d’Asie centrale, la foi, réprimée durant le régime soviétique, a ressuscité progressivement après la dissolution de l’URSS et a connu un tournant en 2005. Parmi les Constitutions apostoliques adoptées par Saint Jean Paul II, la dernière, portant la date du 1er avril 2005 et dénommée Usbekistaniae élève au rang d’Administration apostolique la Missio sui iuris ouzbèke, qui avait été créée huit ans auparavant. Sous la protection de Saint Jean Paul II – choisi comme Patron – l’Eglise catholique en Ouzbékistan continue à vivre et à témoigner l’Evangile sur un territoire varié au plan économique, social et religieux. La présence catholique dans le pays est constituée par quelques 3.000 baptisés répartis en cinq Paroisses. (LF-PA) (Agence Fides 28/02/2020)


Partager:
evangélisation


foi


fraternité


prière


eglises locales


maladies