ASIE/INDE - 158 cas de violence à l’encontre des chrétiens en 23 Etats de l’Union indienne au cours des six derniers mois

mercredi, 7 août 2019 droits fondamentaux   dignité humaine   liberté religieuse   persécutions   minorités religieuses  

New Delhi (Agence Fides) – Les six premiers mois de cette année ont vu 158 épisodes de violence à l’encontre de chrétiens dans 23 Etats de l’Union indienne dans le cadre desquels ont notamment été blessés 110 femmes et 89 enfants. C’est ce qu’affirme, dans une note envoyée à l’Agence Fides, le United Christian Forum (UCF), organisation qui a activé une ligne téléphonique spécifique pour recueillir les plaintes et fournir assistance aux victimes de violences. Selon la note, de ses 158 incidents enregistrés dans le cadre du numéro téléphonique en question, 130 concernent des attaques, intimidations ou menaces provenant de groupes violents qui ont roué de coups des fidèles réunis pacifiquement dans une église ou une salle de prière. « Ceci signifie que pratiquer sa propre foi devient actuellement un motif d’insécurité sur 90% du territoire indien » se plaint le Forum.
« La violence impunie est devenue une norme dans le pays dans lequel aucun parti politique n’a pris de position forte contre de tels actes d’intimidation envers les minorités religieuses » indique le communiqué de l’UCF.
Une autre tendance inquiétante, signalée par l’organisation, est le refus de la part de la police d’enregistrer les dépôts de plaintes (FIR) à l’encontre des auteurs des violences. « Seuls 24 des 158 incidents enregistrés ont fait l’objet d’une FIR » indique l’UCF, remarquant « l’inaction de la police » dans 11 Etats gouvernés par des partis laïcs et dans 12 Etats où se trouvent au gouvernement des partis clairement hindouistes.
Parmi les Etats dans lesquels sont signalées des violences à l’encontre des chrétiens, l'Uttar Pradesh continue à compter le plus grand nombre d’incidents, avec 32 épisodes de violence dénoncés, suivis par les 31 du Tamil Nadu.
« Le modus operandi choisi dans l’ensemble de ces épisodes est presque identique : une foule accompagnée par la police fait irruption au cours de la prière en hurlant des slogans, en frappant les fidèles, y compris les femmes et les enfants. Par suite, les pasteurs sont arrêtés ou placés en détention par la police sous la fausse accusation de conversions frauduleuses » explique la note.
« De tels cas sont désormais tellement répandus que personne n’a le temps de les condamner, ni les hommes politiques, ni la société civile ou les responsables religieux » relève le Forum.
L’UCF remarque également une augmentation constante du niveau de violence contre les chrétiens à compter de 2014. « En 2014, ont été enregistrés quelques 150 incidents alors qu’en 2015 et 2016, ils furent environ 200. Les années 2017 et 2018 en ont enregistré respectivement 250 et 300. En 2019, la moyenne est de 26 incidents par mois ».
« Personne ne devrait être persécuté à cause de sa foi. Il est préoccupant de voir ces horribles actes sectaires se poursuivre même après une série d’indications données au gouvernement par la Cour Suprême. La police et les administrations locales, responsables de la loi et de l’ordre, doivent agir rapidement contre quiconque promeut la violence de masse » affirme Tehmina Arora, Directeur de l’unité indienne d’Alliance Defending Freedom (ADF), association active dans la protection des droits des chrétiens.
Selon les comptes rendus des moyens de communication, souvent, ces actes antichrétiens sont perpétrés par des groupes extrémistes hindous et fomentés par des « discours de haine religieuse » promus sur Internet et les réseaux sociaux. Selon l’ADF, les sentiments et actes antichrétiens en Inde ont augmenté depuis que le gouvernement fédéral est placé sous la conduite du parti nationaliste hindou du Premier Ministre, Narendra Modi, qui s’est vu attribuer un second mandat cette année.
En Inde, les citoyens hindous sont 966 millions soit 80% de la population indienne qui compte dans son ensemble 1,3 milliards de personnes. Les musulmans sont 172 millions – environ 14% de la population totale – et les chrétiens 29 millions (2,3%). (SD) (Agence Fides 07/08/2019)


Partager:
droits fondamentaux


dignité humaine


liberté religieuse


persécutions


minorités religieuses