AMERIQUE/MEXIQUE - Nouvelle déclaration des Evêques réaffirmant leur engagement en faveur de la construction de la paix après la mort d’une catéchiste dans le cadre d’une fusillade contre une église

mardi, 18 juin 2019 violence   situation sociale   politique   corruption   eglises locales  

Twitter

Nouvelle déclaration des Evêques réaffirmant leur engagement en faveur de la construction de la paix après la mort d’une catéchiste dans le cadre d’une fusillade contre une église

Chiapas (Agence Fides) – Un nouveau fait de sang constitue la énième confirmation de la violence dans laquelle le Mexique a sombré. Une catéchiste s’occupant d’enfants a été tuée dans le cadre d’une attaque portée contre une église catholique dans la commune d’Acacoyagua, dans l’Etat du Chiapas. L’Evêque du Diocèse de Tapachula (Chiapas), S.Exc. Mgr. Jaime Calderón Calderón, dans un message vidéo envoyé à Fides raconte la dynamique de l’homicide. « Nous avons été victimes de la violence généralisée que connait le pays. Hier (15 juin), à la fin du cours de préparation des catéchistes en l’église de l’Immaculée Conception de la Paroisse Saint Marco Evangéliste, deux jeunes sont entrés et ont ouvert le feu. L’un des projectiles a blessé Margeli Lang Antonio, qui est morte presque immédiatement. Nous sommes proches de sa famille. En tant que famille diocésaine, nous ne pouvons nous habituer à ces faits de violence qui démontrent une dégradation sociale et morale de la communauté humaine ». Mgr Calderón a demandé aux autorités de trouver rapidement les responsables.
Au cours d’une conférence de presse tenue Dimanche 16 juin dans l’après-midi, l’Evêque a souligné que « la décomposition sociale est due à un manque de santé intégrale de la communauté. Lorsqu’il n’y a pas de travail, que persiste l’injustice, l’impunité, une ambition excessive pour l’argent, lorsque la vie des personnes a un prix, ce qui est mis au centre est l’argent. Alors tout a un prix et ceux qui ont de l’argent deviennent ceux qui commandent… Lorsqu’il y a un changement de gouvernement, il existe un certain vide d’autorité et de pouvoir » a conclu l’Evêque.
Hier, Fides a reçu le communiqué de la Conférence épiscopale du Mexique (CEM) concernant la rencontre de la Présidence de l’organisme avec le Président Andrés Manuel López Obrador afin de « débuter un dialogue fraternel avec la volonté de collaborer à la construction d’une société plus juste, plus solidaire et en paix ». Les Evêques, indique le communiqué, ont touché deux thèmes fondamentaux, ceux de l’urgence migratoire et de la construction de la paix.
A propos du premier, « l’Eglise continue à offrir ses ressources : 95 Diocèses, 10.000 Paroisses, plus de 130 hôtels et des milliers d’opérateurs pastoraux sur tout le territoire mexicain engagés dans la mission humanitaire et la défense des droits fondamentaux ». La Présidence de la CEM a par suite souligné qu’est nécessaire « une plus forte collaboration conjointe pour garantir la sécurité des migrants ».
Sur le second thème, les Evêques entendent apporter leur contribution à la reconstruction du tissu social et au renforcement de l’Etat de droit, au travers du Plan de Construction de la Paix « qui comprend des centres d’écoute, des centres pour la défense des droits fondamentaux, un accompagnement des victimes et des séminaires d’éducation à la paix ». « La souffrance de nombreuses familles mexicaines à cause de la violence et de l’insécurité requiert avec urgence notre collaboration fraternelle » souligne le texte.
Le communiqué de la CEM s’achève en rappelant qu’au cours de la rencontre, ont également été abordés d’autres thèmes, soulignant que l’Eglise entend remplir sa mission en participant à la recherche du bien commun, « suivant une ligne de laïcité positive, dans le cadre de laquelle le plein exercice de la liberté religieuse fortifie la démocratie ». (CE) (Agence Fides 18/06/2019)


Partager:
violence


situation sociale


politique


corruption


eglises locales