AMERIQUE/NICARAGUA - Impasse du Dialogue national et tractations en vue de l’introduction de garants internationaux

samedi, 2 mars 2019 droits fondamentaux   démocratie   zones de crise   politique   elèves  

Twitter

Impasse du Dialogue national et tractations en vue de l’introduction de garants internationaux

Managua (Agence Fides) – Après la troisième session des négociations, ayant débuté le 27 février dernier (voir Fides 26/02/2019), les groupes de négociateurs ne sont pas parvenus à un accord sur la manière dont poursuivre cette initiative. Le gouvernement continue en effet à rejeter la présence de l’Organisation des Etats américains (OEA) et des Nations unies en tant que garants. Le 1er mars, après plus de huit heures de négociation, les participants ont publié une déclaration annonçant la poursuite des entretiens lundi prochain. Un accord sera encore recherché sur les trois thèmes de la feuille de route déjà tracée de manière à pouvoir traiter les questions substantielles ayant à faire avec la liberté, la démocratie et la justice.
Selon des sources de Fides, parmi les points n’ayant pas encore été définis, se trouvent les nominations des médiateurs et garants internationaux, ainsi que cela a été proposé par l’Alliance civique. Cette approche a en effet été rejetée par le gouvernement du Président Ortega qui l’a qualifiée « d’ingérence étrangère ».
« Nous espérons qu’à court terme la feuille de route puisse être rendue officielle. En l’absence de règles claires et bien définies, il n’est pas possible d’aller de l’avant dans un dialogue sérieux et responsable » a déclaré l’un des représentants de l’Alliance civique.
Pour l’Eglise, les représentants au Dialogue national sont S.Em. le Cardinal Brenes, Archevêque de Managua et Président de la Conférence épiscopale, et le Nonce apostolique, S.Exc. Mgr Stanislaw Sommertag. Ils ont participé à la première journée de négociation en présentant le désir du Saint-Père et de la communauté internationale d’une issue positive du Dialogue national, ainsi que leur requête, pas encore acceptée par le gouvernement, d’impliquer dans la négociation des organismes internationaux.
L’absence de S.Exc. Mgr Rolando Alvarez, Evêque de Matagalpa, a beaucoup surpris la communauté nicaraguayenne, alors qu’elle a accueilli favorablement mais avec beaucoup de prudence la libération de 100 des près de quelques 700 prisonniers politiques actuellement détenus.
Les paroles du Nonce, S.Exc. Mgr Stanislaw Waldemar Sommertag, continuent à faire réfléchir non seulement les participants au Dialogue national mais l’ensemble du peuple nicaraguayen. « Réunis dans le cadre de cette rencontre sincère et ouverte, et dans une attitude de bonne volonté politique, sociale et économique, vous disposez d’une opportunité unique de passer à l’histoire en tant que véritables enfants de ce pays, qui sont parvenus à se comprendre et sont arrivés à une solution nationale pour le bien de notre bien-aimé Nicaragua ». (CE) (Agence Fides 02/03/2019)


Partager:
droits fondamentaux


démocratie


zones de crise


politique


elèves