ASIE/KAZKHSTAN - Déclarations de l’Evêque d’Almaty à propos de l’année dédiée au Sacré-Cœur de Jésus et du début de la catéchèse en langue kazakhe

mardi, 26 février 2019 christianisme   eglises locales   congrégation pour l'evangélisation des peuples   foi   annonce   missionnaires   mission  

Cité du Vatican (Agence Fides) – « L’Eglise au Kazakhstan et en Asie centrale a peu changé structurellement au cours de ces cinq dernières années mais nous pensons actuellement qu’elle peut grandir un peu plus. Nous ne savons pas encore comment mais nous avons ce désir et nous espérons pouvoir trouver l’inspiration dans l’œuvre d’évangélisation. Dans le même temps, nous vivons actuellement ces journées avec un grand enthousiasme. Je crois que, pour chacun d’entre nous, cette visite au Saint-Siège doit constituer non pas un voyage administratif mais un pèlerinage de spiritualité et de communion ». C’est ce que déclare à l’Agence Fides S.Exc. Mgr José Luís Mumbiela Sierra, Evêque d’Almaty, à Rome dans le cadre de la visite ad Limina apostolorum des Evêques d’Asie centrale qui a lieu du 25 février au 4 mars.
Mgr Mumbiela Sierra illustre la situation de l’Eglise au Kazakhstan qui, selon les données de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, compte 112.500 fidèles répartis en quatre Circonscriptions : les Diocèses d’Astana, Almaty et Karaganda et l’Administration apostolique d’Atyrau. « La vie chrétienne va de l’avant. Nous continuons notre parcours de croissance. Dans le Diocèse d’Alamaty, en 2019, nous avons d’une part l’idée de créer un certain nombre de nouvelles Paroisses et de l’autre celle de donner vie à de nouveaux projets pastoraux et caritatifs. En outre, nous dédierons cette année au Sacré-Cœur de Jésus. Il s’agira d’un moment à caractère spirituel mais également de croissance formative qui visera à connaitre le Cœur du Christ pour connaitre toujours mieux le cœur humain. Dans le cadre de ces activités, nous aurons l’appui de deux nouveaux prêtres qui arriveront dans les prochains mois » explique l’Evêque.
Les fidèles du Diocèse d’Almaty seront en outre soutenus dans leur propre cheminement par des modèles de sainteté liés à l’histoire de l’Eglise locale, Mgr Mumbiela Sierra raconte : « Nous avons demandé à un peintre kazakh de réaliser un cadre dédié à des frères mineurs qui moururent martyrs au XIV° siècle dans ce qui est actuellement la zone frontalière entre le Kazakhstan et la Chine. Là se trouvait un antique Diocèse dont le siège se trouve actuellement en territoire chinois mais qui conserve le témoignage de la présence historique des catholiques au Kazakhstan. Ceci sert à rappeler que notre foi n’est pas seulement liée à l’arrivée des polonais et des allemands au cours du régime soviétique mais qu’elle enfonce ses racines dans l’histoire plus antique du pays. Même si ces franciscains n’ont pas été béatifiés, par ce cadre, dont nous avons également réalisé des reproductions pour la dévotion privée, nous désirons répondre au devoir de vénérer en tant que fils ceux qui ont donné leur vie pour notre foi sur cette terre ».
La présence catholique au Kazakhstan est étroitement liée aux communautés ethniques arrivées dans le pays au travers des déportations pratiquées par les autorités soviétiques. Cependant, elle voit également augmenter le nombre de catholiques d’origine locale. A ce propos, explique l’Evêque, « cette année, nous entendons lancer des catéchèses sur l’annonce chrétienne en langue kazakhe. La langue russe est très répandue au Kazakhstan et par suite nous avons garanti le service pastoral dans cette langue mais il est devenu nécessaire de réaliser une annonce chrétienne en langue kazakhe. Nous verrons quels fruits elle pourra porter mais il s’agit d’un signe important pour notre Eglise locale ».
Le gouvernement kazakh met en œuvre une politique très précise à l’égard des religions. « Il existe quelques restrictions supplémentaires par rapport à quelques années en arrière par crainte des fondamentalismes et de l’extrémisme violent. Nous le comprenons et c’est pourquoi nous nous unissons à la recherche du bien commun du pays. La situation dans laquelle nous vivons est joyeuse. Nous pouvons œuvrer tranquillement malgré des limitations administratives qui sont mises pour le bien de tous. Nous vivons sereinement le rapport avec les autres religions et bientôt nous désirons remettre symboliquement aux représentants des différentes communautés présentes sur le territoire national le document final de la visite apostolique du Pape à Abou Dhabi. Il ne s’agit que d’un geste d’amitié pour renforcer les bonnes relations et le dialogue entre chrétiens et musulmans, mais au niveau public, il s’agit d’un signal qui peut valoir plus que mille prédications » conclut Mgr Mumbiela Sierra. (LF) (Agence Fides 26/02/2019)


Partager: