ASIE/INDE - Augmentation de la violence à l’encontre des chrétiens en Inde

mercredi, 20 février 2019 liberté religieuse   persécutions   violence   christianisme   extrémisme   hindouisme  

New Delhi (Agence Fides) – Au cours du mois de janvier dernier, ont eu lieu 29 épisodes de violence à l’encontre de chrétiens indiens dans 13 Etats du sous-continent. Au nombre des blessés se trouvent 26 femmes et 25 enfants. Dans aucun de ces cas une plainte n’a été déposée. Il s’agit de données communiquées à l’Agence Fides par les bénévoles de l’United Christian Forum Helpline, la ligne téléphonique active dans le pays pour écouter et enregistrer les cas de violences, menaces et intimidations de diverses natures concernant des communautés chrétiennes. « Les données ne s’écartent pas beaucoup de la tendance de 2018, qui a enregistré une moyenne de 20 incidents par mois soit près d’un cas par jour » indique, dans un entretien accordé à l’Agence Fides Maitre Tehmina Arora, Avocat et militant des droits fondamentaux, par ailleurs consultant légal de l’ONG Alliance Defending Freedom (ADF Inde), qui réalise ce service. Maitre Arora cite un épisode récent. « Une rencontre de prière dans une maison de Kotra Tehsil, au sein du district d’Udaipur, dans l’Etat du Rajasthan, a été interrompue par des extrémistes hindous qui lançaient des pierres et criaient des slogans contre les chrétiens faisant référence à de fausses accusation de conversions. Jusqu’ici la police n’a entrepris aucune action pas plus qu’une plainte n’a été déposée contre les coupables ».
Selon l’avocat, « si les forces politiques ne cessent pas d’encourager les personnes à se faire justice par elles-mêmes, la culture de la violence de masse et de l’impunité deviendra la norme ». La tendance à ne pas déposer plaintes contre les auteurs de violences « démontre la complicité tacite entre les auteurs des violences et la police qui naturellement jouit du patronage de responsables ou de fonctionnaires politiques locaux » relève-t-il.
L’Etat de l’Uttar Pradesh continue à détenir le record du plus grand nombre d’épisodes de violence à l’encontre des chrétiens. Sur un total de 29 signalés en janvier sur l’ensemble du territoire indien, neuf ont été perpétrés dans l’Etat précité. Le modus operandi de tous les cas en question est le même : une foule accompagnée par la police arrive sur le lieu où se tient une rencontre de prière, en commençant par crier des slogans et en malmenant les fidèles réunis, femmes et enfants compris. Ensuite, les pasteurs sont arrêtés ou placés en détention par la police sous de fausses accusations de conversion forcée. « Certaines forces qui planifient actuellement ces actes, instiguent à la haine envers une communauté particulière afin de créer une polarisation » dénonce A.C. Michael, Directeur d’ADF Inde.
« Dans l’Etat du Chhattisgarh également, les fidèles d’un village ont été expulsés de leur communauté simplement parce que disciples de la foi chrétienne » ajoute A.C. Michael, qui raconte à Fides d’autres cas de violence. Dans certains lieux des Etats d’Himachal Pradesh et du Tamil Nadu, des chrétiens ont été entrainés de force en direction des temples hindous et les extrémistes ont étalés des cendres sur leur front, les contraignant à adorer les dieux hindous. Dans l’Etat du Karnataka, un pasteur qui se déplaçait tranquillement à bicyclette a été frappé à la tête à l’aide d’une verge de fer et abandonné sur place avec de graves blessures à la tête. Toujours dans cet Etat, une foule a livré aux flammes des matériaux de construction conservés sur le chantier d’une église en cours d’édification et le pasteur de cette même église a subi des brulures. (SD) (Agence Fides 20/02/2019)


Partager:
liberté religieuse


persécutions


violence


christianisme


extrémisme


hindouisme