ASIE/INDE - Fermeture de 16 instituts pour enfants dont l’orphelinat des Missionnaires de la Charité à l’initiative du gouvernement

mercredi, 6 février 2019 enfance   missionnaires   solidarité   développement   droits fondamentaux   trafic d'êtres humains  

Ranchi (Agence Fides) – Le gouvernement indien a retiré leur licence à 16 instituts pour l’enfance dont le Nirmal Hriday géré par les Missionnaires de la Charité de Sainte Mère Teresa de Calcutta à Ranchi. La mesure fait suite à un rapport présenté par la Commission de l’Etat du Jharkhand chargée de la protection des droits de l’enfance, rapport qui demandait la fermeture de 31 instituts. Ainsi que l’a appris Fides, la mesure arrive suite au cas de trafic d’enfants au Nirmal Hriday remontant à juillet 2018. Le Premier Ministre de l’Etat du Jharkhand, Raghubar Das, avait ordonné à la Commission de présenter un rapport sur la situation, en contrôlant 126 maisons d’accueil dans l’ensemble de l’Etat. Les 16 instituts pour l’enfance fermés l’ont été sur la base de « violations de différentes dispositions de loi en matière de justice des mineurs » a déclaré le Directeur de la Commission, D.K. Saxena.
Le Nirmal Hriday de Ranchi, géré par les Missionnaires de la Charité de Sainte Mère Teresa de Calcutta, se trouve dans la liste des 16 orphelinats fermés. Par ailleurs, 24 autres instituts disposent de trois mois pour améliorer leurs conditions sous peine de retrait de la licence. Parmi les irrégularités constatées, se trouve le manque de documentation complète concernant les enfants ou la carence de services de base (logement, nourriture et dispositions de sécurité).
Le cas du Nirmal Hriday est venu à la lumière en juillet dernier lorsque l’institut fut impliqué dans un présumé trafic de nouveau-nés. Le cas a créé un choc au sein de la nation et a soulevé des questions concernant le fonctionnement des centres pour mineurs dans l’Etat du Jharkhand. Sœur Koshleniea et Anima Indwar, une employée du Nirmal Hriday ont été arrêtées le 3 juillet 2018 du fait de leur présumée implication dans le trafic illégal d’enfants. (SD) (Agence Fides 06/02/2019)


Partager: