AMERIQUE/HONDURAS - Trois mille honduriens en fuite du pays

mercredi, 17 octobre 2018 eglises locales   emigration   violence   corruption   situation sociale   politique  

Facebook

Trois mille honduriens en fuite du pays

San Pedro Sula (Agence Fides) – Ils ont désormais parcouru quelques 300 Km, de Tegucigalpa (Honduras) à Zacapa (Guatemala). Il s’agit des quelques 3.000 honduriens qui actuellement poursuivent leur chemin en direction des Etats-Unis et accueillent sur leur chemin d’autres frères d’Amérique centrale qui fuient comme eux la pauvreté, la violence et la corruption. Ils ont passé la nuit en tant qu’hôtes d’un groupe de médecins et d’infirmiers du Guatemala, qui ont suivi le parcours de la caravane sur les réseaux sociaux et sont parvenus à les soutenir et à les assister.
La note transmise à Fides par le CELAM indique : « Comme les antiques hébreux, le peuple hondurien chemine dans son exode, fuyant l’esclavage politique et économique imposé par la corruption et la détérioration des systèmes de gouvernement. Il existe de nombreuses migrations forcées et en Amérique latine ces migrations marquent actuellement l’histoire contemporaine ».
Ils sont quelques 3.000 qui, « ce 15 octobre ont terminé trois jours de marche. Ils devront encore parcourir des milliers de kilomètres à pieds. Il s’agit principalement de paysans, hommes, femmes et enfants, mais aussi de personnes handicapées en fauteuils roulants, frappés par la pauvreté, la violence et la corruption. Il s’agit de migrants qui émeuvent le cœur du monde ».
Différents moyens de communication numériques et réseaux sociaux du Honduras et du Guatemala ont transmis une partie du trajet de la caravane en direct. Les images montrent une foule croissante, une marée humaine jamais vue auparavant, en ce que d’autres personnes s’ajoutent au fur et à mesure de l’avancement du voyage.
La note parvenue à Fides souligne que les migrants sont des personnes pacifiques qui ont pour but d’atteindre les Etats-Unis en passant par le Mexique qui va du Guatemala à la frontière américaine, en parcourant ainsi quelques 3.000 Km. L’Eglise et les organisations humanitaires les ont accueillis à Esquipulas (Guatemala), leur offrant l’hospitalité et de la nourriture. Des files de guatémaltèques les accueillent et les saluent le long de la route, lorsqu’ils passent. Esquipulas est la ville proche de la frontière avec le Honduras et le Salvador, où sont nés les dialogues ayant permis le début des négociations de paix en Amérique centrale, en particulier au Guatemala.
La caravane est partie de San Pedro Sula, à 180 Km de la capitale du Honduras, Tegucigalpa, s’organisant pour fuir la pauvreté, la violence et la corruption existantes dans le pays.
En chantant l’hymne national hondurien, en priant et en scandant à haute voix des slogans tels que « Oui c’est possible » et « Honduras nous t’aimons », les migrants ne se sont pas arrêtés bien que les autorités guatémaltèques aient annoncé ne pas autoriser leur entrée dans le pays. « Nous avons le droit – ont-ils répliqué : Nous ne sommes pas des criminels mais des migrants ».
Sur les réseaux sociaux, ce qui frappe beaucoup est que, la première chose qu’ils demandent à leur passage ce sont des prières pour eux et leur famille. Est également bien connue désormais la menace faite par les Etats-Unis de réduire les aides au Honduras si cette marche devait se poursuivre. (CE) (Agence Fides 17/10/2018)


Partager: