ASIE/TERRE SAINTE - Un foyer d’accueil pour les enfants des migrants à Jérusalem

samedi, 29 septembre 2018 migrants   enfants   droits fondamentaux   minorités religieuses   solidarité   accueil  

Jérusalem (Agence Fides) – Le premier foyer d’accueil de la Communauté Jean XXIII en Terre Sainte a ouvert ses portes à Jérusalem dans le cadre du Vicariat Saint Jacques des catholiques de langue hébraïque en Israël. « Pour nous, il est extrêmement significatif de nous ouvrir à l’accueil des plus pauvres sur la terre de Jésus, qui a été ami des pauvres » explique dans une note envoyée à l’Agence Fides Giovanni Paolo Ramonda, Président de la Communauté de Don Benzi.
A l’inauguration, était présent S.Exc. Mgr Pierbattista Pizzaballa OFM, Administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, accompagné par le Vicaire chargé des catholiques de langue hébraïque en Israël, le Père Rafic Nahra, et par son prédécesseur, le Père David Neuhaus, qui ont fortement voulu et promu le projet.
Antonio de Filippis, responsable du projet pour la Communauté Jean XXIII, explique à Fides : « Le Vicariat Saint Jacques est né sur la base d’un groupe de juifs convertis au catholicisme qui s’est ensuite enrichi au travers de l’arrivée de nombreux migrants qui ne parlent pas l’arabe. Nous sommes donc ici en Israël pour faire Eglise avec la minorité catholique de langue hébraïque. Il s’agit d’une importante expérience d’identité israélienne qui nous aide en tant que catholiques à récupérer des interprétations juives de l’Ancien Testament. Nous bénéficions de la rencontre silencieuse entre les deux identités, une Eglise discrète qui promeut la rencontre dans le cadre de quatre Paroisses ».
Le Vicariat Saint Jacques est déjà engagé à l’intérieur du Patriarcat latin dans la pastorale et le soin des migrants. A l’intérieur de cet engagement vient se placer ce nouveau foyer d’accueil dont le projet était en cours d’expérimentation depuis février dernier. En partant de l’accueil de 3 enfants philippins, enfants d’immigrés, insérés seulement de jour, on est arrivé désormais à l’accueil à temps plein de 5 mineurs.
« La relation avec ses enfants est très difficile car il s’agit d’enfants blessés » explique Barbara Branchetti, l’une des bénévoles oeuvrant dans la structure. Infirmière de 39 ans, elle a connu la Communauté Jean XXIII en 2012 grâce à un cours missionnaire et, après deux expériences de mission, elle a accepté avec enthousiasme de venir à Jérusalem. « Au travers de l’expérience d’une jeune gravement malade et très pauvre connue au Bangladesh, j’ai rencontré Jésus et j’ai compris que ma vie aurait toujours été aux côtés des pauvres » déclare-t-elle. (PA) (Agence Fides 29/09/2018)


Partager:
migrants


enfants


droits fondamentaux


minorités religieuses


solidarité


accueil