ASIE/PHILIPPINES - Lavement des pieds de migrants et de réfugiés le Jeudi Saint pour l’Archevêque de Manille

mercredi, 28 mars 2018 migrants   pâques   réfugiés   droits fondamentaux   solidarité   violence   guerres  

Manille (Agence Fides) – S.Em. le Cardinal Luis Antonio Tagle, Archevêque de Manille, lavera les pieds de 12 migrants, réfugiés ou évacués lors de la Messe in Coena Domini du Jeudi Saint, 29 mars, en la Cathédrale de Manille. Ainsi que cela a été indiqué à l’Agence Fides par l’Eglise locale, l’initiative s’inspire du message du Pape François dédié au phénomène de la migration. Parmi les 12 personnes choisies, se trouve le Père Teresito Suganub, ancien otage du groupe terroriste Maute dans la ville de Marawi (Mindanao) dans le cadre de l’attaque terroriste perpétrée l’an dernier. Se trouvent également Crisanto et Eva Demafelis, parents d’une jeune retrouvée morte à l’intérieur d’un congélateur au Koweït, où elle avait émigré pour raisons de travail ; les deux époux catholiques pakistanais Shazia et Irfan Masih ayant cherché refuge aux Philippines pour éviter la persécution religieuse dans leur patrie ; Isidro Indao et Kaylo Bontolan, représentants des indigènes lumads de Mindanao, ayant fui leurs terres d’origine à cause de la militarisation massive et de la destruction causée par les compagnies exploitant les ressources forestières et minières.
Dans son Message de Pâques, l’Archevêque de Manille et Président de la Caritas Internationalis, affirme que « en ressuscitant d’entre les morts, le Christ nous invite à dégager les pierres qui bloquent nos cœurs et notre imagination et à partager le voyage en direction des personnes les plus vulnérables, comme les migrants ».
L’Eglise locale entend attirer l’attention « sur la difficile condition de nos philippins qui travaillent à l’étranger et qui, malgré les dangers, risquent leur sécurité pour donner à leurs familles demeurées aux Philippines, une vie digne » affirme une note diffusée par l’Archidiocèse. Par ce geste, conclut la note envoyée à Fides, « nous désirons embrasser tous ceux qui fuient la guerre et la faim ou sont contraints à quitter leurs terres par la discrimination, la persécution, la pauvreté et la dégradation environnementale ». (SD-PA) (Agence Fides 28/03/2018)


Partager: