ASIE/SYRIE - Commentaires du Vicaire apostolique pour les fidèles de rite latin d’Alep à propos du début de l’évacuation des civils de Ghouta

lundi, 12 mars 2018 guerres   proche-orient   eglises orientales   réfugiés   djihadistes  

Wikimedia

Damas (Agence Fides) – Au moins 52 civils dont 26 enfants ont été évacués au cours de la journée d’hier, Dimanche 11 mars de l’est de la Ghouta, enclave à l’est de Damas contrôlée par des milices antigouvernementales et assiégée par l’armée syrienne. Selon les estimations de l’ONU, l’enclave compterait actuellement 400.000 syriens. La nouvelle, fournie par l’armée russe, semble confirmer les rumeurs – reprises également par les moyens de communication libanais – accréditant l’hypothèse de négociations en cours entre l’armée et les miliciens antigouvernementaux visant à parvenir à une résolution de la crise épargnant de nouvelles souffrances et épanchements de sang et permettant aux civils de sortir des zones assiégées, en garantissant également des portes de sortie aux groupes armés.
La Ghouta est depuis des semaines au centre d’une offensive menée par l’armée, avec un appui aérien, visant à reprendre cette place forte des opposants, y compris ceux dépendant de formations djihadistes. Les sources philo gouvernementales syriennes ainsi que les sources russes ont jusqu’ici accusé les milices antigouvernementales d’empêcher l’évacuation des civils.
Selon des sources citées par les moyens de communication libanais, des représentants de villes comprises au sein de la Ghouta, telles qu’Hammuriyé, seraient parvenus à un accord avec le gouvernement de Bachar el Assad pour permettre l’entrée de l’armée dans sa propre zone habitée en garantissant le transfert des groupes armés antigouvernementaux dans d’autres zones de la Syrie encore contrôlées par les forces rebelles, comme celles de la province d’Idlib. Des négociations seraient en cours également avec les membres de Hay'at Tahrir al-Sham, groupe syrien lié au réseau Al-Qaeda. « Dans la Ghouta – indique à Fides S.Exc. Mgr Georges Abou Khazen OFM, Vicaire apostolique pour les fidèles de rite latin d’Alep – pourrait fonctionner le système d’évacuation qui, en décembre 2016, avait permis de transférer des milliers de civils et des miliciens des quartiers est d’Alep aux zones de rassemblement situées près de la frontière turque. Maintenant, ces quartiers se repeuplent eux aussi lentement et reprennent vie ». Mgr Khazen fait également part à Fides des impressions reçues au cours d’une récente visite à Damas. « Au cours de ces derniers mois – raconte le Vicaire apostolique pour les fidèles de rite latin d’Alep – de la zone de la Ghouta a repris le tirs de missiles et d’obus de mortier qui atteignent également les quartiers historiques de Damas, tels que Bab Tuma, où sont concentrées les églises. Les tirs d’artillerie étaient effectués pendant les heures coïncidant avec la sortie des écoles, après les leçons. Nous avons déploré de nombreux morts ». L’Evêque franciscain confirme à Fides qu’à Alep est également visible la présence de fonctionnaires russes collaborant avec le gouvernement et menant des initiatives au travers du Centre russe de réconciliation entre les parties syriennes. « C’est notamment grâce à leur travail – indique l’Evêque – que des centaines de réconciliations ont lieu actuellement dans des villages et des villes et c’est là la seule voie qui peut garantir à la Syrie un avenir de paix. Dans les zones où ces initiatives fonctionnent, la population revient, les écoles rouvrent et l’on recommence à s’acheminer vers une vie normale après tant de souffrances et de féroces divisions ». (GV) (Agence Fides 12/03/2018)


Partager:
guerres


proche-orient


eglises orientales


réfugiés


djihadistes