AFRIQUE/NIGERIA - Terrorisme de Boko Haram et conception de Dieu dans l’islam

mardi, 27 février 2018 boko haram   femmes   violence   terrorisme   islam   islam politique  

TW

Les lycéennes enlevées par Boko Haram

Abuja (Agence Fides) – A quelques quatre ans de l’enlèvement d’un groupe de jeunes filles à Chibok, des représentants du groupe terroriste nigérian Boko Haram ont enlevé des centaines d’élèves d’une école de Dapchi. Il s’agit du énième geste méprisable. « Le terrorisme constitue un phénomène diabolique qui vise paradoxalement à la destruction de l’humanité. Ce phénomène atroce montre combien l’homme, créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, s’est transformé jusqu’à devenir l’expression du visage de Satan » commente pour l’Agence Fides le Père Donald Zagore de la Société des Missions africaines (SMA).
« Il est tragique de voir des vies détruites, en particulier celles de jeunes filles, enlevées et contraintes à devenir des objets sexuels mais aussi de perpétrer des attentats suicides, étant à la merci d’individus dont la violence et la terreur constituent la logique intrinsèque de vie. Jusques à quand ces personnes sans foi ni loi continueront-elles à détruire les familles et à briser l’avenir de tant de jeunes sur le continent ? – poursuit le prêtre. Ces terroristes continuent à crier qu’ils agissent au nom d’Allah, ce qui constitue une absurdité. Allah n’envoie personne tuer pour son compte » remarque-t-il.
« Aujourd’hui plus que jamais – remarque le prêtre – de sérieuses réformes doivent être entreprises dans le monde religieux et en particulier dans le monde musulman. Promouvoir la liberté de conscience, libérer l’homme des prisons morales et sociales d’une religion dogmatiquement rigide et parfois totalitaire, améliorer les conditions des femmes au travers de l’égalité et de l’émancipation, promouvoir une réflexion et une culture critique par le biais du respect de la dignité humaine. Il est surtout essentiel, en vue d’une véritable lutte contre le terrorisme, de créer les conditions de respect et de tolérance enracinées dans la reconnaissance du pluralisme religieux et des minorités religieuses ».
Le Père Zagore souhaite une plus grande solidarité entre les Etats d’Afrique occidentale permettant de combattre vigoureusement cette force criminelle. « Il faut éviter de nous laisser transporter, consciemment ou inconsciemment, dans cette civilisation de la violence et de la haine que ces groupes terroristes veulent imposer » conclut-il. Boko Haram conduit depuis 2009 une insurrection sanglante dans le nord-est du Nigeria ayant causé pour l’heure la mort de plus de 20.000 personnes. (DZ/AP) (Agence Fides 27/02/2018)


Partager:
boko haram

femmes


violence


terrorisme


islam


islam politique