ASIE/IRAQ - Accusations et démentis concernant de présumées tentatives visant à modifier les équilibres démographiques dans la plaine de Ninive

vendredi, 2 février 2018 proche-orient   eglises orientales   minorités religieuses   minorités ethniques   sectarisme   chiites  

Wikipedia

Mossoul (Agence Fides) – Les équilibres démographiques fragiles de la plaine de Ninive – région irakienne traditionnellement et historiquement peuplée par les communautés chrétiennes autochtones de Mésopotamie – reviennent au centre de polémiques politiques qui voient s’opposer des représentants du gouvernement de la région autonome du Kurdistan irakien et des représentants locaux du gouvernement irakien.
L’alarme a été lancée – indiquent des moyens de communication locaux – par Khalil Jamal Alber, Directeur général pour les affaires chrétiennes au Ministère pour les dotations religieuses du gouvernement de la Région autonome du Kurdistan irakien. Selon lui, les forces de mobilisation populaire – milices chiites présentes sur le territoire de la plaine de Ninive – se livreraient actuellement à une véritable tentative de modification de la composition multi religieuse et multiethnique de la population de la zone au détriment de la composante chrétienne. Ce programme serait conduit au travers du transfert dans la région de population chiite provenant également du sud de l’Irak, au travers de formes d’intimidations et de pression sociales et aussi d’appropriations, même illégales, de biens immobiliers appartenant à des familles chrétiennes. Feraient également partie de ce programme les projets immobiliers lancés dans certains centres habités de la pleine de Ninive, destinés à accueillir des chiites. Toujours selon Khalil Jamal Alber, des représentants du groupe ethnique religieux Shabak seraient également impliqués dans les formes d’intimidation diffuse exercées au détriment des chrétiens. Par ailleurs, seraient également mises en œuvre des pressions visant à pousser les chrétiens ayant émigré pour fuir le joug du prétendu « Etat islamique » à vendre leurs maisons, renonçant ainsi définitivement à toute possibilité de retour.
A cette alarme lancée par le fonctionnaire de la Région autonome du Kurdistan irakien ont répondu des représentants du Conseil provincial de la plaine de Ninive, selon lesquels la composition multi religieuse et multiethnique de la population de cette zone continue à être protégée, de nombreuses organisations aidant actuellement les familles chrétiennes à rapatrier. Par ailleurs, dans les villes et villages de la plaine, les magasins rouvrent leurs portes et les maisons dévastées ainsi que la majeure partie des lieux de culte sont en restauration. (GV) (Agence Fides 02/02/2018)


Partager:
proche-orient


eglises orientales


minorités religieuses


minorités ethniques


sectarisme


chiites