AMERIQUE/ETATS UNIS - Appel aux autorités américaines suite à la souffrance de l’Eglise au Salvador causée par le drame de nombreux migrants

vendredi, 29 décembre 2017 migrants   politique   pauvreté   violence   droits fondamentaux  
Appel aux autorités américaines suite à la souffra

www.elsalvador.com

Appel aux autorités américaines suite à la souffrance de l’Eglise au Salvador causée par le drame de nombreux migrants

San Salvador (Agence Fides) – « Nous demandons instamment au Président des Etats-Unis, au Congrès et à toutes les autorités de cette grande nation qu’en cette date importante de Noël, elles fassent en sorte que les droits de nos frères migrants soient respectés » a déclaré l’Archevêque de San Salvador, S.Exc. Mgr José Luis Escobar, au cours d’une conférence de presse donnée après la Messe dominicale célébrée en la Cathédrale de la capitale. Mgr Escobar a déclaré que l’Eglise au Salvador « souffre » à cause du « triste drame que nombre de nos frères migrants connaissent actuellement. Du seul fait qu’ils sont migrants et privés de documentation légale, ils ne sont pas pour autant des criminels. Nous sommes tous frères » a souligné l’Archevêque. L’Eglise au Salvador a ainsi demandé aux Etats-Unis de garantir le respect des droits des migrants se trouvant dans cette nation en situation irrégulière.
L’appel a été lancé à l’approche de l’échéance du 7 janvier à laquelle le Département de la Sécurité nationale des Etats-Unis devra prendre une décision à propos du renouvellement ou non du Statut de protection temporaire (TPS) dont bénéficient actuellement les salvadoriens jusqu’au 8 mars prochain. Quelques 200.000 ressortissants de ce pays bénéficient du TPS, qui leur permet de résider et de travailler aux Etats-Unis (voir Fides 22/12/2017). Le TPS fut accordé au Salvador en 2001 lorsque le pays fut durement touché par deux séismes, respectivement les 13 janvier et 13 février.
S.Exc. Mgr Joe S. Vásquez, Evêque d’Austin (Texas) et Président de la Commission pour les Migrations de la Conférence des Evêques des Etats-Unis (USCCB), avait présenté le 17 octobre dernier le rapport de sa Commission sur ce problème (voir Fides 18/10/2017). « Je vous exhorte à adresser vos pensées et vos prières au peuple du Salvador et du Honduras, y compris les destinataires du TPS – avait déclaré l’Evêque. Je vous encourage à vous engager afin de demander à l’Administration américaine une extension du TPS pour le Salvador et le Honduras… et à vous adresser aux élus au Congrès pour leur demander une solution législative pour les bénéficiaires du TPS qui vivent aux Etats-Unis depuis de nombreuses années ».
Selon des données fournies par la presse américaine, 317.660 personnes se trouveraient actuellement aux Etats-Unis sous le régime du TPS, même si un autre rapport, de la Bibliothèque du Congrès, indique qu’elles seraient en réalité 436.869. Il faut souligner qu’il s’agit là des personnes enregistrées alors qu’en réalité elles sont beaucoup plus nombreuses. Les salvadoriens et honduriens vivent actuellement dans un état de forte préoccupation en ce que le TPS n’a pas été renouvelé pour les ressortissants du Nicaragua le 7 novembre dernier. Ce qui fait que 2.550 nicaraguayens devront quitter le territoire américain d’ici 2019, leur protection arrivant à échéance au 5 janvier prochain. Toutefois, le nombre des nicaraguayens présents aux Etats-Unis dépasse largement ce chiffre, comme c’est également le cas des salvadoriens et des honduriens. (CE) (Agence Fides 29/12/2017)


Partager:
migrants


politique


pauvreté


violence


droits fondamentaux