AMERIQUE/EQUATEUR - Rencontre latino-américaine et caribéenne dédiée à l’Ecologie intégrale, « un appel urgent en faveur de la conversion écologique »

samedi, 25 novembre 2017 ecologie   développement   laudato si'   indigènes   eau   changements climatiques  

Quito (Agence Fides) – « L’Encyclique Laudato si’ représente un appel urgent lancé aux croyants et aux non croyants, un appel destiné à toutes les personnes qui habitent la planète, un appel urgent en faveur d’une conversion écologique qui implique tous les aspects de la vie des êtres humains afin de vivre en harmonie avec les autres créatures de la planète ». C’est ce qu’affirme S.Exc. Mgr Pedro Barreto, Archevêque de Huancayo (Pérou) et Vice-président du Réseau ecclésial pan amazonien (REPAM), dans le cadre de la conférence d’ouverture de la Rencontre latino-américaine et caribéenne dédiée à l’Ecologie intégrale intitulée « Disciples missionnaires, gardiens de la Création », qui a débuté hier, 24 novembre, et s’achèvera le 27 à Quito, capitale de l’Equateur. L’événement a été organisé par le Département de Justice et Solidarité du CELAM, la Caritas d’Equateur, la Confédération latino-américaine des religieux, le REPAM et le réseau (œcuménique) des églises et mines.
Au cours de ces quatre journées, quelques 120 personnes provenant de toute l’Amérique latine, en suivant l’Encyclique Laudato si’, feront le point de la situation sur le continent dans la perspective d’une écologie intégrale. A ce propos, Maurizio Lopez, Secrétaire exécutif du REPAM, l’une des organisations organisatrices de la rencontre, a déclaré à l’Agence Fides : « Jusqu’à présent, l’Encyclique a été utilisée principalement dans des milieux non ecclésiaux mais au niveau ecclésial nous ressentons la nécessité de prendre en compte ce que le texte du Pape nous dit, d’en étudier les catégories et surtout de la mettre en pratique ». L’Encyclique Laudato si’ – a-t-il ajouté – « rompt avec toute une vision fragmentée de réponses concernant la réalité sociale et environnementale et nous chercherons de l’utiliser en vue de considérations concrètes en partant d’une perspective pastorale ». Il explique par ailleurs comment se dérouleront les sessions. « Nous aurons différents niveaux de discussion conceptuelle. Nous évoquerons des expériences méthodologiques concrètes. Nous tiendrons des séminaires et partagerons des témoignages de vie afin de tenter de trouver des parcours spécifiques de pastorale concrète en matière d’écologie intégrale parce que cela est essentiel pour l’avenir de l’Eglise » a souligné Maurizio Lopez.
La rencontre affrontera des thèmes tels que la pollution et les crises du changement climatique, les catastrophes environnementales, la biodiversité, l’extraction minière, la qualité de la vie humaine et la pauvreté, la crise alimentaire, le consumérisme effréné, les changements urgents de l’actuel système productif etc.
« Nous avons rencontré des Evêques, des prêtres, des religieuses, des laïcs, des personnes de tous les pays ayant des responsabilités différentes, afin de réfléchir ensemble à la question de l’écologie intégrale – a indiqué à l’Agence Fides en ouverture de la rencontre le Père Dario Bossi, Provincial des Missionnaires comboniens au Brésil et Coordinateur du réseau (œcuménique) des églises et mines. Il s’agit d’un moment important pour démontrer que l’extraction minière est également une urgence pour les églises. En effet, nous devons soutenir les communautés et montrer qu’il existe des modalités alternatives et qu’il est particulièrement nécessaire de s’opposer aux agressions des compagnies minières » a ajouté le Père Bossi, faisant également référence à l’imminente présentation de l’Exhortation pastorale préparée par les Evêques d’Amérique latine au travers du Conseil épiscopal latino-américain (CELAM). Il s’agit d’un « document très important sur lequel nous devrons réfléchir au cours des prochains mois et qui indique comment doit être appliquée l’Encyclique Laudato si’ en Amérique latine, en particulier en ce qui concerne la question des mines » a conclu le Père Bossi. (P.S/L.G) (Agence Fides 25/11/2017)


Partager: