AMERIQUE/PANAMA - Davantage de place et de droits aux femmes au sein de la société

lundi, 13 novembre 2017 droits fondamentaux   femmes   développement   politique   violence   société civile   caritas  

Panama (Agence Fides) – Partager des expériences de travail, encourager l’incidence des femmes dans différents secteurs de la société, promouvoir la présence et les droits des femmes au niveau politique, économique, social : tel est l’objectif de la rencontre tenue ces jours derniers dans la ville de Panama entre des femmes représentant quatre zones pastorales d’Amérique latine et des Caraïbes – zones bolivarienne du Cône Sud, CAMEX et Caraïbes – engagées dans le secteur social. A la réunion, intitulée « Femmes sécurité alimentaire et éradication de la pauvreté et incidence », il a été relevé qu’au cours de ces derniers temps, les pays d’Amérique latine et des Caraïbes ont pris d’importants engagements vis-à-vis des droits des femmes. Tous ont ratifié la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’encontre des femmes et 14 d’entre eux ont ratifié également le protocole facultatif.
Malgré cela, selon le dernier rapport des Nations unies dédié à « Progrès des femmes en Amérique latine et aux Caraïbes 2017 », consulté par l’Agence Fides, il existe encore une inégalité structurelle, par exemple en matière de salaires ou de travail non rétribué.
Le chômage des femmes dans la région est de 50% supérieur au taux de chômage des hommes et les disparités salariales peuvent arriver à 20%. En outre, 90% des femmes à bas revenus participent au travail dans des conditions informelles et précaires. Selon le rapport, discrimination, harcèlement sexuel et violences continuent à représenter un fléau pour les femmes. La violence à l’encontre des femmes – dénonce l’ONU – est la violation la plus répandue des droits fondamentaux et « le meurtre de femmes en raison de leur sexe représente son expression ultime ». Malheureusement, l’Amérique latine est la région qui compte le plus d’homicides de ce genre : 14 des 25 pays du monde connaissant les plus forts taux de crimes de ce genre se trouvent en effet sur ce continent.
Dans le but d’affronter tous ces problèmes intéressant les femmes, le Secrétariat latino-américain et des Caraïbes de Caritas (SELACC), en compagnie du Département de Justice et Solidarité (DEJUSOL) ont examiné la condition des femmes et la manière dont ces dernières peuvent participer aux questions importantes dans la région – migration, sécurité alimentaire, violence, santé et incidence politique – dans le but de trouver des solutions et de partager des expériences. En outre, un espace a été dédié à la discussion des objectifs de développement durable, les indiquant comme une opportunité pour commencer à éradiquer ces maux sociaux. Ainsi que l’indique à l’Agence Fides la Caritas d’Amérique latine, les participantes se sont engagées à faire devenir réalité les droits qui accompagnent chacun des objectifs, en se basant sur l’éthique dans le service public et sur la gestion des biens mondiaux ». Intervenant à la rencontre « Femmes sécurité alimentaire et éradication de la pauvreté et incidence », S.Em. le Cardinal José Luis Lacunza, et S.Exc. Mgr José Domingo Ulloa, Archevêque de Panama, ont exprimé le souhait que la prochaine Journée mondiale de la Jeunesse, qui se tiendra dans le pays en 2019, puisse accorder une attention particulière aux femmes. (L.G) (Agence Fides 13/11/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
droits fondamentaux


femmes


développement


politique


violence


société civile


caritas