AMERIQUE/GUATEMALA - La Maison de l’enfant handicapé, une main tendue en direction des jeunes porteurs de handicaps

lundi, 13 novembre 2017

Quetzaltenango (Agence Fides) – La Maison de l’enfant handicapé, inaugurée en 1989 dans la ville de Quetzaltenango, accueille des enfants aveugles, sourds, présentant de graves retards mentaux et d’autres formes de handicap.
« Actuellement, nous suivons 71 enfants – raconte à Fides le Père Gian Luigi Lazzaro, missionnaire franciscain se trouvant depuis 30 ans au Guatemala. Il ne s’agit pas d’un hôpital mais d’une véritable communauté dans laquelle, outre la nourriture, le logement, les soins et les thérapies de rééducation, les enfants reçoivent également beaucoup d’affection et se sentent en sécurité, pouvant se comporter avec une joie spontanée » continue le missionnaire.
« Toujours plus d’enfants nous arrivent de différents départements du Guatemala, y compris dans des conditions de grave dénutrition, et sont portés dans la structure par leurs familles respectives, souvent très pauvres, qui ne sont pas en mesure de s’occuper d’eux. Les maladies rencontrées chez ses enfants sont plus grave l’une que l’autre. Certains nous sont confiés par le Tribunal des Mineurs en ce qu’abandonnés par leurs parents » déclare le Père Lazzaro.
« Tous ne parviennent pas à voir leur situation s’améliorer. Cela dépend du problème neurologique qu’ils présentent. Dans la Maison, ils reçoivent, entre autres, soins et attentions en tout genre, du langage à l’enseignement de la langue braille, des thérapies physique, une communication alternative, des activités visant à favoriser leur autonomie. Certains peuvent fréquenter l’école pour les enfants normaux, toujours en fonction de leur situation. Tous nos enfants, lors de l’admission, sont évalués par le neurologue et par d’autres spécialistes sur la base du problème qu’ils présentent. Souvent, ils sont soumis à des interventions médicales et chirurgicales. Afin de garantir une assistance plus complète à ces enfants, nous disposons dans le centre d’une cinquantaine de personnes entre le personnel de cuisine, de nettoyage, de lingerie, auxquelles viennent s’ajouter sept religieuses franciscaines qui suivent directement les enfants et la vie de la maison. Cette œuvre vit de charité – continue le Père Lazzaro. Provenant de familles très pauvres, aucun enfant ne paie quoi que ce soit. Nous ne disposons d’aucune aide du gouvernement ni d’institutions privées guatémaltèques ou internationales. Certaines écoles collaborent avec nous au travers de différents types de contribution. Les choses qui nous servent constamment sont des couches jetables pour adulte set enfants, des vêtements, des draps, des chaussures, des jouets, du matériel didactique, des fournitures scolaires, des désinfectants pour sol, du chlore, du savon en poudre, du savon, des détergents, du mais, des légumes, de l’avoine et d’autres céréales, etc. ».
Selon les données de l’ENDIS 2005, première Etude nationale sur le handicap, au Guatemala, quelques 4% de la population (3,74%) sont affectés par une forme de handicap et 77% de celles-ci ont plus de 19 ans. Bien que le Guatemala ait ratifié la convention de l’ONU sur les droits des personnes handicapées, celles-ci ne disposent que de peu de possibilités d’intégration et de participation dans la société guatémaltèque. Selon l’ENDIS, 52% des familles avec des personnes handicapées sont pauvres, 50,3% des personnes handicapées sont analphabètes et celles insérées dans le monde du travail ne représentent que 0,4% de la population guatémaltèque, ce qui signifie que la majorité des handicapés dépend d’autres personnes pour sa subsistance, sachant que la majeure partie sont des femmes. Toujours selon l’ENDIS, seuls 2% des handicapés ont participé à des programmes de formation professionnelle. Un autre facteur démontrant les faibles possibilités d’intégration des handicapés se trouve être la difficulté d’accès aux services d’assistance médicale à cause des coûts de ces derniers plutôt que de leur méconnaissance ou de l’inexistence de ceux-ci. En ce qui concerne l’assistance spécialisée comprenant entre autre les services de diagnostique, de traitement, de réhabilitation, de consultations médicales et intégrées, celle-ci n’atteint que 25% des personnes handicapées, ce qui rend évident que les trois quarts de cette population n’a pas accès à ce type de service, sachant qu’il n’existe pas de différence entre les hommes et les femmes. Enfin, 52% reçoivent une assistance de la part de services sanitaires du secteur public – hôpitaux ou Institut guatémaltèque de sécurité sociale – 25% de la part d’un médecin privé et 25% encore de réalités bénéfiques privées.
La ville de Quetzaltenango fait partie de l’Archidiocèse de Los Altos Quetzaltenango-Totonicapán qui, sur une population totale de 1.401.273 habitants compte 1.121.000 catholiques et 9.543 nouveaux baptisés. (GLL/AP) (Agence Fides 13/11/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network