VATICAN - Reconnaissance du martyre de la missionnaire italienne Sœur Leonella Sgorbati

vendredi, 10 novembre 2017 martyrs   situation sociale   religieuses   instituts missionnaires  

Rome (Agence Fides) – « Notre fondateur, le Bienheureux Giuseppe Allamano, nous encourageait à être au service de la mission, même au prix de la vie, et la reconnaissance du martyre de Sœur Leonella Sgorbati constitue pour nous une nouvelle incitation à vivre la mission jusqu’au bout ». C’est en ces termes que Sœur Renata Conti, Missionnaire de la Consolata et Postulatrice de la cause en béatification de sa consoeur, Sœur Leonella Sgorbati, commente pour Fides la nouvelle de la reconnaissance du martyre de cette dernière de la part de la Congrégation pour la Cause des Saints avec l’approbation du Saint-Père.
Sœur Leonella Sgorbati, missionnaire italienne, fut tuée le 17 septembre 2006 à Mogadiscio (Somalie), frappée à mort par un certain nombre de tueurs alors qu’elle se rendait à l’hôpital où elle prêtait service. Fut tué avec elle également Mohamed Mahamud, le garde de sécurité qui avait tenté de la sauver.
« Notre communauté a suivi pas à pas l’ensemble de la cause avec trépidation et angoisse – rappelle la Postulatrice – et par suite, nous éprouvons aujourd’hui une immense joie. C’est le Chapitre général de notre Institut qui, en 2011, a décidé d’entreprendre la cause de béatification de Sœur Leonella Sgorbati, justement pour qu’elle devienne un exemple de la manière dont vivre la mission dans le contexte actuel ».
La communauté des Missionnaires de la Consolata en Somalie, dont faisait partie Sœur Leonella Sgorbati, est actuellement en suspens, explique Sœur Conti, mais elle n’a pas été fermée en ce que l’on s’attend toujours à ce que s’ouvrent des possibilités pour y retourner et reprendre notre service. Nous espérons que la Béatification pourra contribuer à ce but. « Nous avons des nouvelles selon lesquelles la population de la Somalie n’a pas oublié Sœur Leonella Sgorbati, la portant dans son cœur, tout comme celle du Kenya, où elle a passé 30 ans en mission », souligne Sœur Conti. Au début du mois de décembre, aura lieu la translation du corps de Sœur Leonella Sgorbati du cimetière de l’hôpital Nazareth, aux portes de Nairobi, où il se trouve actuellement, à l’église du Flora Hostel, qui est très fréquentée par les fidèles.
Sœur Leonella Sgorbati, née le 9 décembre 1940 à Rezzanello di Gazzola, en province de Plaisance (Italie), est entrée chez les Missionnaires de la Consolata en mai 1963 et a émis ses vœux perpétuels en novembre 1972. Après avoir fréquenté une école d’infirmières en Grande-Bretagne, elle fut envoyée au Kenya en 1970. De 1970 à 1983, elle prêta service dans les hôpitaux de la Consolata de Mathari, Nyeri et Nazareth, à la périphérie de Nairobi. En 1985, elle était devenue l’enseignante principale de l’Ecole d’infirmières de l’hôpital Meru de Nkubu. Le 26 novembre 1993, elle avait été élue Supérieure régionale des Missionnaires de la Consolata au Kenya, charge qu’elle a occupé pendant six ans. En 2001, Sœur Leonella Sgorbati passa plusieurs mois à Mogadiscio pour vérifier la possibilité d’y créer une école d’infirmières au sein de l’hôpital local géré par une ONG. Le 18 avril 2002, débutèrent les premiers cours de l’écoles professionnelle, les premiers élèves obtenant leur diplôme en 2006. Vainquant de fortes résistances bureaucratiques, Sœur Leonella Sgorbati était parvenue à obtenir pour ses élèves un diplôme reconnu au niveau international par l’OMS. Le 17 septembre 2006, elle fut assassinée (voir Fides 18, 20, 25 et 27/09/2006). (SL) (Agence Fides 10/11/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network